LaboFnac

4G : la couverture des zones rurales pointée du doigt dans une nouvelle étude

Une récente étude menée pour le compte de l’Arcep montre que les campagnes françaises sont encore souvent négligées par les opérateurs. L’accès à la 4G y est souvent difficile.

Alors que le lancement de la 5G se prépare pour 2020 dans l’Hexagone, une récente étude dévoilée par Europe 1 rappelle que la couverture 4G est encore loin d’être satisfaisante. Celle-ci a été menée par le Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) sur commande de l’Arcep, et révèle que seulement 61 % des Français y auraient réellement accès. Un chiffre qui contraste très nettement avec ceux que mettent en avant les opérateurs, dont Orange et Bouygues Telecom qui se vante par exemple de couvrir 98 % de la population en 4G. Mais alors comment expliquer cette différence ?

4g orange

© Orange

Du retard dans les zones rurales

Nos confrères évoquent une « réalité à deux vitesses » et dans laquelle d’importantes disparités sont à noter entre grandes agglomérations et zones rurales. 74 % des habitants de la région parisienne indiquent ainsi pouvoir profiter de la 4G, alors que plus de la moitié des plaintes enregistrées émanent des zones rurales. À noter que la teneur de ces plaintes n’est pas précisée. Elles semblent pouvoir porter autant sur une mauvaise qualité de réception que sur l’absence pure et simple de couverture 4G. D’où l’importance, pour l’Arcep, d’enrichir ses cartes de couverture d’un indice de qualité. Elle le fait déjà pour les appels, mais pas encore pour l’Internet mobile.

L’étude montre néanmoins aussi une adoption plus lente en campagne. 51 % seulement des habitants des communes de moins de 2000 habitants ont accès à la 4G, mais l’inégalité territoriale est également visible en 3G/2G. « Même les usages basiques du téléphone portable – passer un appel ou envoyer un SMS – demeurent aujourd’hui plus aléatoires dès qu’on sort des grandes villes, » peut-on lire.

L’Internet pour tous : un défi qui dépasse les opérateurs

Ces difficultés pour accéder à l’Internet mobile dans les campagnes françaises sont évidemment d’autant plus problématiques que seuls des box 4G peuvent être proposées dans les zones les plus reculées, alors que les services publics imposent de plus en plus souvent de réaliser les démarches administratives en ligne. De nombreuses autres actions du quotidien sont en outre facilitées par Internet, comme l’achat de bien ou le suivi médical, accentuant encore ce sentiment d’inégalité.

Mais les opérateurs ne sont pas seuls responsables puisque si une majorité de Français se montre favorable à ces pratiques, un sur cinq indique encore avoir du mal à s’en servir et abandonne. Une fracture numérique que le gouvernement d’Emmanuel Macron a promis d’effacer, sans grande réussite pour l’instant donc.

Mathieu Freitas

Mathieu Freitas

Journaliste


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.