LaboFnac

5G : l’opérateur britannique BT ne veut pas des équipements Huawei

Nouveau coup dur pour Huawei. L’opérateur télécoms britannique BT va retirer les équipements du géant chinois du coeur de ses réseaux 3G et 4G et précise qu'il ne les utilisera pas non plus sur les parties centrales de son réseau 5G.

Les soupçons américains continuent de compliquer la tâche de l’équipementier Huawei. Les États-Unis auraient demandé à leurs alliés de boycotter les équipements du géant chinois, craignant une éventuelle ingérence de la Chine dans leurs infrastructures de communications. Un risque pris très au sérieux par le gouvernement australien qui a rapidement réagi et décidé de bannir Huawei et ZTE de la course à la 5G sur son territoire. Craignant un effet boule de neige, les dirigeants du groupe chinois ont tenté de rassurer leurs partenaires en expliquant que Pékin n’avait aucune influence sur ses activités. Cela n’a pas suffi à convaincre la Nouvelle-Zélande qui a récemment décidé de marcher sur les traces de son voisin tandis que l’Europe se pose des questions.

Huawei Logo

© Huawei

Si la situation a pris une nouvelle ampleur ces derniers mois, les inquiétudes concernant d’éventuels liens entre Huawei et le gouvernement chinois ne sont pas nouvelles. L’opérateur britannique BT a pris la décision de bannir tout équipement fabriqué par Huawei il y a plusieurs années et la société a rappelé ses engagements à l’heure de la 5G. L’agence Reuters indique que l’opérateur historique va retirer les équipements du groupe chinois du cœur de ses réseaux 3G et 4G et ne les utilisera pas non plus sur les parties centrales de son réseau de téléphonie mobile 5G. Huawei sera donc exclut d’une grande partie des appels d’offres de l’opérateur, conformément à la politique de l’entreprise.

« En 2016, suite à l’acquisition de EE, nous avons entamé le retrait des équipements Huawei du cœur de nos réseaux 3G et 4G, suivant nos principes d’architecture de réseau en place depuis 2006 », a expliqué un porte-parole de BT, selon des propos rapportés par Les Echos. Une mesure forte alors même que Huawei est le premier équipementier télécoms devant le suédois Ericsson et le finlandais Nokia. Pour l’opérateur britannique BT, ce retrait vise à uniformiser les réseaux d’EE – un opérateur racheté en 2016 – avec le reste de ses activités et n’a rien à voir avec une nouvelle orientation politique. BT précise également que « Huawei n’a pas été inclus dans la sélection des fournisseurs pour le cœur de [ses] réseaux 5G ». Une nouvelle déconvenue pour Huawei qui est désormais sous pression en Europe.

La directrice financière et fille du fondateur de Huawei arrêtée au Canada

Le numéro deux du marché du smartphone a par ailleurs appris l’arrestation de sa directrice financière Meng Wenzhou, nous apprend Le Monde. Cette dernière est également la fille du fondateur de Huawei et doit faire face à une demande extradition des États-Unis. Selon le Globe and Mail, un quotidien canadien, elle est accusée d’avoir « essayé de contourner l’embargo américain contre l’Iran ». Une affaire qui risque de raviver les tensions entre Washington et Pékin alors que la firme chinoise dit « faire confiance aux institutions judiciaires canadiennes et américaines ».


Contenus associés

  • jacques

    Les USA avaient peur de ne plus pouvoir espionner les autres pays si ceux-ci n’utilisaient pas leurs matériels.

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.