LaboFnac

À Paris, Airbnb mise sur la sous-location pour se maintenir

La plateforme Airbnb a passé un accord avec le réseau d'agences immobilières Century 21 pour faciliter les sous-locations à Paris, afin de maintenir sa présence malgré les freins légaux qui lui sont opposés. L'expérience devrait être étendue à d'autres villes françaises.

Airbnb a présenté en début d’année sa feuille de route pour les 10 prochaines années et vient de trouver un allié en France pour « légaliser » les sous-locations. Dans un communiqué, la plateforme de location de logement courte durée annonce avoir signé « un accord historique » avec Century 21 afin de « simplifier et faciliter la sous-location ». Cette pratique s’est largement répandue dans les grandes villes en France, mais elle est illégale sans l’accord du propriétaire. On parle alors de sous-location cachée. L’annonce d’Airbnb intervient quelques semaines après le lancement de ses « stories » sur son application mobile iOS. Une nouvelle fonctionnalité inspirée de Snapchat et Instagram qui doit permettre aux voyageurs de mettre en avant leur voyage.

Airbnb

© Creative Commons

Comment ça marche ?

Avec le « Bail Century21 Airbnb-compatible », les deux partenaires souhaitent permettre aux locataires de sous-louer leur logement en toute légalité. Ce dispositif inédit sera dans un premier temps expérimenté à Paris et pourrait « bientôt » être étendu dans plusieurs autres villes. Fondé sur un partage de revenu entre locataires, propriétaires et agences immobilières, ce « bail » doit respecter quelques règles pour être applicable. Il faut tout d’abord que le propriétaire donne son accord pour que l’agence entame les démarches. Century 21 est en effet chargé de la mise en ligne de l’annonce et s’occupe de gérer toutes les démarches administratives. Le locataire doit ensuite enrichir l’annonce, préciser ses disponibilités, fixer son prix et accueillir les voyageurs. Les revenus seront ensuite partagés de façon automatique avec 70 % pour le locataire, 23 % pour le propriétaire et 7 % pour l’agence immobilière.

Quel intérêt pour Airbnb ?

Pour l’entreprise californienne, cette initiative va lui permettre d’élargir son champ d’action dans l’Hexagone. La France est le deuxième marché d’Airbnb après les États-Unis, mais la plateforme y rencontre quelques problèmes. Les autorités parisiennes ont ainsi menacé de poursuivre l’entreprise pour avoir laissé des utilisateurs inscrire des appartements sur son site sans l’autorisation des propriétaires et sans enregistrer leur logement auprès de la ville. Suite à cette affaire, la mairie Paris a décidé d’instaurer une limitation des locations à 120 jours par an en novembre 2017. Quelques mois plus tard, la capitale française a assigné en justice Airbnb et son concurrent allemand Wimdu, les accusant de ne pas afficher le numéro d’enregistrement auprès de la Ville des appartements en proposés à la location, ce qui ne permet pas de vérifier qu’ils ne dépassent pas les 120 nuitées autorisées.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.