LaboFnac

Alphabet (Google) fait mieux que prévu au quatrième trimestre mais les dépenses explosent

La maison-mère de Google a dévoilé des résultats supérieurs aux attentes pour le quatrième trimestre 2018, mais les dépenses explosent.

Alphabet a dévoilé ses résultats du quatrième trimestre 2018 et la maison mère de Google affiche des résultats financiers meilleurs que prévu. La firme californienne a présenté un chiffre d’affaires de 39,3 milliards de dollars (34,4 milliards d’euros), soit une hausse de 22 % sur un an. Le bénéfice net est lui aussi en forte hausse, il s’établit à 8,95 milliards de dollars (soit 7,83 milliards d’euros), contre une perte de plus de 3 milliards de dollars l’an dernier suite à des changements comptables. Une belle santé qui permet à Alphabet de revendiquer un chiffre d’affaires de 136,82 milliards de dollars (119,81 milliards d’euros) sur l’ensemble de l’année 2018 (+23 % sur un an) et un bénéfice net de 30,7 milliards de dollars (26,88 milliards d’euros, +143 %). La firme avait dépassé la barre des 100 milliards de dollars de chiffre d’affaires pour la première fois en 2017, et a fait plus que confirmer lors de la l’année 2018.

google campus

© Google

La maison-mère de Google a une nouvelle fois pu compter sur la publicité. Cette activité représente 83 % de ses revenus sur le dernier trimestre 2018 et a su profité de la période des fêtes de fin d’année (+20 %). L’an dernier, nous indiquions qu’Alphabet souhaitait réduire sa dépendance à son cœur de métier en améliorant ses « autres revenus » et cela s’est confirmé. Le segment – qui comprend les activités cloud, le matériel (Pixel, Google Home, Chromecast…) et les applications – affiche une progression de 31 % par rapport à l’année précédente, la division a rapporté 6,49 milliards de dollars au cours du trimestre (5,68 milliards d’euros), dépassant légèrement les estimations de Wall Street, note CNBC. Le groupe a notamment multiplié les efforts dans le secteur du cloud pour rattraper Microsoft et Amazon.

La volonté d’Alphabet de se diversifier est un pari à long terme, mais nécessaire pour ce géant qui subit une pression croissante dans la publicité. Le secteur constitue toujours l’essentiel de ses revenus, mais la menace se fait de plus en plus précise (Facebook et Amazon) et les investisseurs n’ont pas apprécié la baisse de 29 % du « coût par clic », indicateur du prix moyen de la publicité facturé par le groupe aux annonceurs. L’AFP précise que ce repli s’accélère puisque cet indicateur avait déjà baissé de 14 % au quatrième trimestre 2017, ce qui témoigne d’un marché de plus en plus compétitif.

Google pense à l’avenir et multiplie les investissements

Dans le même temps, la maison-mère de Google a multiplié les dépenses et les investissements pour son activité cloud et confirmer sa stratégie de diversification. Les dépenses ont augmenté de 26 % au dernier trimestre, passant 24,66 milliards de dollars (21,59 milliards d’euros) à 31,07 milliards de dollars (27,20 milliards d’euros). Alphabet a ainsi vu sa marge opérationnelle passée de 24 % au quatrième trimestre 2017 à 21 % fin 2018, cela s’explique par d’importants investissements qui ont atteint 25,4 milliards de dollars (22,24 milliards d’euros) en un trimestre. Autre poste de dépense pour la firme américain, les TAC (traffic acquisition costs) sont passés de 6,45 milliards de dollars (5,65 milliards d’euros) à 7,44 milliards de dollars (6,51 milliards d’euros) en un an, soit une hausse de 15 %. Pour rappel, les TAC représentent les sommes versées par Google à des entreprises tierces pour mettre en avant ses produits, comme le fait d’être le moteur de recherche par défaut sur un navigateur ou OS (Apple et son navigateur Safari par exemple).

Enfin, on rappellera que Google a écopé de plusieurs amendes en 2018 par la Commission européenne et la CNIL, contre lesquelles il a fait appel. Le groupe a aussi beaucoup embauché avec 98 771 salariés fin 2018, contre 80 110 fin 2017 et mise toujours sur ses « Other Bets ». Les « autres paris » de Google désignent les activités expérimentales du groupe qui pourrait à l’avenir lui rapporter gros, comme Loon, Wing ou encore Wayno.

Pour l’heure, cette branche n’a généré que 154 millions de dollars de chiffres d’affaires au dernier trimestre et a vu sa perte opérationnelle se creuser (+ 77 %), à 1,3 milliard de dollars (1,14 milliard d’euros). « Avec les grandes opportunités qui nous attendent, nous continuons à faire des investissements ciblés dans le talent et l’infrastructure nécessaires pour offrir des produits exceptionnels à nos utilisateurs, annonceurs et partenaires du monde entier », explique Ruth Porat, directeur financier d’Alphabet et Google.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.