LaboFnac

Amende Google : le géant américain a tenté de négocier avec Bruxelles

Le géant américain aurait discrètement tenté de négocier avec la Commission européenne au sujet d'Android après le dépôt de plainte initiale. Mais Google est arrivé trop tard et s'est heurté au refus de Bruxelles.

Google a écopé la semaine dernière de l’amende la plus importante jamais prononcée par Bruxelles (4,34 milliards d’euros) pour avoir abusé de sa position dominante avec son OS Android. Le géant américain n’est pas à son coup d’essai, il détenait déjà le précédent record et aurait peut-être pu s’éviter d’entrer une nouvelle fois dans les annales.

Drapeau Europe

© Creative Commons

Le site Bloomberg annonce que Google a essayé d’approcher la Commission européenne il y a un an, peu de temps après sa condamnation à une amende de 2,42 milliards d’euros. La firme de Mountain View souhaitait discrètement régler cette nouvelle affaire, mais a attendu plus d’un an avant de faire des propositions, a déclaré Margrethe Vestager dans une interview. La commissaire européenne précise qu’une entreprise doit « tendre la main immédiatement » après le dépôt de plainte initiale et l’ouverture de l’enquête si elle souhaite trouver un accord.

Google est arrivé trop tard

« Ce n’est pas ce qui s’est produit dans cette affaire et, bien sûr, les choses ont pris la tournure que nous connaissons actuellement […] il n’y a donc pas de surprises », ajoute-t-elle. Dans les semaines qui ont suivi l’amende liée à Google Shopping, les avocats de la firme américaine ont tenté de se rapprocher de leurs homologues de l’UE. Ils ont fait part de leur volonté de régler l’enquête sur Android en indiquant dans une lettre que la société était prête à opérer des changements dans son système d’exploitation pour répondre aux préoccupations de l’UE.

Les dirigeants de Google pensaient en effet que Margrethe Vestager avait laissé la porte ouverte à un accord lors de l’annonce de la condamnation de son moteur de recherche le 27 juin 2017. Les avocats de la firme n’ont jamais reçu de réponse officielle, Bruxelles estimant que l’offre n’était pas convaincante et qu’elle était arrivée trop tard, explique Bloomberg. Google aurait dû réagir en 2016 pour s’éviter cette amende record. La firme de Mountain View a depuis annoncé qu’elle ferait appel de la décision, brandissant la menace de rendre Android payant.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.