LaboFnac

Amende de l’UE contre Google : et si Android devenait payant ?

Après l'amende record que Bruxelles lui infligée, Google brandit la menace de rendre Android payant. Pour son PDG Sundar Pichai, c'est tout l'écosystème du système d'exploitation qui se retrouve fragilisé.

La Commission européenne a infligé cette semaine une amende de 4,34 milliards d’euros à Google et le géant de Mountain View est pour le moins mécontent. Dès l’annonce de cette sanction record, son PDG Sundar Pichai s’est fendu d’un billet de blog pour affirmer qu’« Android a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins ». Il déclare : « Aujourd’hui, la décision de la Commission a rejeté le modèle économique qui fait vivre Android (…) C’est pourquoi nous ferons appel ».

Android Bugdroid

© Creative commons

Le patron du géant américain en profite aussi pour défendre la position de sa firme. Il explique que c’est « grâce à Android » qu’il y a aujourd’hui plus de 1 300 marques différentes qui proposent plus de 24 000 appareils à tous les prix. La firme américaine n’hésite pas à citer plusieurs fabricants européens comme le Français Archos, l’Allemand Gigaset ou le Finlandais HMD Global (Nokia).

Google se défend et menace

Google rappelle aussi que son système d’exploitation mobile propose « jusqu’à 40 applications préinstallées provenant de plusieurs développeurs », mais permet aux utilisateurs d’installer d’autres applications (navigateurs, moteurs de recherches…). On compte le plus souvent une dizaine d’applications Google. Pour le géant américain, elles peuvent être « facilement » désactivées ou supprimées et être remplacées par d’autres, y compris « des applications créées par certains des 1,6 millions d’européens qui gagnent leur vie en tant que développeurs d’applications ». Sundar Pichai ajoute que les utilisateurs de smartphones Android installent environ 50 applications eux-mêmes et vante « une plate-forme construite pour l’ère du smartphone ».

Toutefois, la décision de l’UE pourrait perturber le modèle de Google qui a choisi en 2007 « de rendre Android gratuit pour les fabricants de smartphones et aux opérateurs mobiles ». Selon le PDG de Google, « si les fabricants de téléphones et les opérateurs de téléphonie mobile ne pouvaient plus inclure nos applications sur leur large gamme d’appareils, cela perturberait l’équilibre de l’écosystème Android ».

Google Android

Après son amende, Google se défend © Google

Il ajoute : « Jusqu’à présent, le modèle économique d’Android nous a permis de ne pas avoir à faire payer les fabricants de smartphones pour notre technologie ni à dépendre d’un modèle de distribution étroitement lié (…) Mais nous craignions que la décision d’aujourd’hui bouleverse l’équilibre fragile que nous avons trouvé avec Android, et qu’elle envoie un message troublant en faveur des systèmes propriétaires contre les plateformes ouvertes ».

Avec cette sortie, Google remet en question la gratuité de son OS et tente de renverser la situation après les sanctions de Bruxelles. La sanction – même s’il s’agit d’un montant record – n’est pas vraiment un problème pour la firme Mountain View, mais elle touche à son image et pourrait créer un précédent qui fragilise l’empire du géant de l’Internet. Il est peu probable que Google revoie complètement son business model, mais la firme laisse planer le doute et donne matière à réfléchir.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.