LaboFnac

Un anti neutralité du Net nommé par Trump à la tête de la FCC

Le 45e président des États-Unis d'Amérique a nommé Ajit Pai commissaire républicain de la FCC, à la tête de l'autorité de régulation des télécommunications. Une nomination qui pourrait signer la fin de la neutralité du Net outre-Atlantique.

Aux États-Unis, le changement de président implique de nombreux changements institutionnels. Lundi 23 janvier, Donald Trump, qui a d’ailleurs troqué son smartphone Android contre un mobile sécurisé, a nommé un nouveau président à la tête de la Federal Communications Commission (FCC). C’est Ajit Varadaraj Pai, membre du parti républicain, qui dirigera donc l’autorité chargée de la régulation des télécommunications. Il succède à Tom Wheeler, porte-drapeau de la neutralité du Net aux USA, et arrive avec des idées bien différentes.

fcc

C’est sur Twitter que Ajit Pai a communiqué sa joie : « J’exprime une profonde gratitude envers le Président des États-Unis pour cette nomination en tant que 34e Président de la FCC. Il me tarde de travailler avec la nouvelle administration, mes collègues à la Commission, les membres du Congrès, et les Américains afin de leur offrir tous les avantages de l’ère numérique ».

Ajit Pai, l’anti-neutralité notoire

Mais qui est Ajit Pai, celui qui semble inquiéter les médias spécialisés sur les questions de neutralité du Net ? Celui qui a fait ses armes en tant qu’avocat chez Verizon a été nommé par Barack Obama comme représentant du parti républicain au sein de la commission. Il s’est vite fait remarquer par ses positions très tranchées sur le sujet, et pour ses votes contre ce principe.

Juste après l’élection de Donald Trump à la tête du pays, Pai a expliqué aux médias que « les jours de la neutralité du Net sont comptés ».

« Les jours sont comptés »

On a coutume de dire que la neutralité du Net (ou neutralité de réseau) repose sur un principe de non-discrimination, c’est-à-dire que tout le monde doit avoir un accès égal à Internet et qu’aucun type de contenu (vidéo, image…) ne peut bénéficier d’un passe-droit par rapport aux autres. En fait, le fournisseur d’accès à Internet ne doit pas intervenir entre le contenu et le consommateur de ce contenu.

De leur côté, les anti-neutralité du Net mettent en avant des arguments notamment structurels. Ils expliquent que la gestion du trafic et des priorités permettrait de garantir la disponibilité minimale de la bande passante quoi qu’il arrive, ou encore d’assurer un investissement fort dans les réseaux et infrastructures.

Romain Challand

Romain Challand

Journaliste


    Contenus associés

    Comments are closed.

    Partager cet article :

    Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.