LaboFnac

Apple veut concevoir ses propres puces pour Mac, Intel tremble

Vent de panique chez Intel, Apple songe à équiper ses Mac avec ses propres puces dès 2020. Il s’agirait d’un revers sérieux pour le fondeur américain et les autres fabricants de puces s’inquiètent déjà.

L’idée de voir Apple concevoir ses propres processeurs pour ses Mac n’est pas nouvelle, mais lorsqu’elle est évoquée par Bloomberg, elle prend une tout autre ampleur. Le site américain annonce que la firme de Cupertino prévoit d’utiliser ses propres puces dans les Mac à partir de 2020, mettant ainsi fin à sa collaboration avec Intel.

Apple Mac

© Creative Commons / kaboompics

Ce projet, baptisé Kalamata, n’en serait qu’à ses débuts, mais s’inscrit dans le cadre d’une stratégie plus large mise au point par Apple. La firme californienne souhaiterait que ses différentes familles d’appareils fonctionnent de manière plus proche et avec des interactions facilitées. Actuellement, les iPhone, iPad, Apple Watch et Apple TV utilisent des processeurs conçus par Cupertino et basés sur la technologie ARM. En ajoutant les Mac, Apple renforcerait sa maîtrise de la partie hardware et software sur ses appareils. « Nous pensons qu’Apple cherche des moyens d’intégrer encore mieux ses plateformes matérielles [hardware] et logicielles [software], et ils ont clairement fait quelques pas dans cette direction, en essayant d’intégrer iOS et macOS », indique Shannon Cross, analyste chez Cross Research. Autre avantage, Apple ne serait plus tributaire du calendrier d’Intel et pourrait choisir à quel moment il souhaite commercialiser ses nouveaux produits.

Un nouveau coup dur pour Intel

Si le changement est de taille, ce ne serait pas une première pour Apple. La firme californienne était passée des processeurs 68K au PowerPC, puis des processeurs PowerPC aux processeurs Intel x86. Le fondeur de Santa Clara a participé au retour au premier plan d’Apple – même si l’iPhone est aujourd’hui son produit phare – et ce changement serait un coup dur. Apple représente environ 5 % de son chiffre d’affaires annuel selon Bloomberg. La Bourse a d’ailleurs rapidement réagi à cette nouvelle rumeur et l’action à Intel a baissé de 9,2 %. Comme le note l’AFP, d’autres fabricants de puces ont aussi reculé comme AMD (-8,5 %) ou Qualcomm (-3,9 %). Ce dernier est un autre fournisseur de puces d’Apple, spécialisé dans les appareils mobiles.

Pour Intel, cette rumeur intervient dans un contexte difficile. Nous expliquions récemment que le fondeur devait faire face au déclin de son cœur de métier et à une concurrence qui l’oblige à se réinventer. L’ex-numéro un mondial des semi-conducteurs voit son éternel rival AMD revenir au premier plan avec ses processeurs Ryzen et a raté le virage du mobile. Depuis le début de l’année, la firme américaine vit également au rythme des failles Spectre et Meltdown.

Compatibilité, performances… la transition ne se fera pas sans heurts

Toutefois le passage de l’architecture x86 d’Intel à l’architecture ARM ne sera pas si simple. En effet, les éditeurs de logiciels doivent s’adapter pour rendre leurs produits compatibles. On pense notamment aux logiciels Adobe. Autre sujet délicat, celui des performances. Les SoC ARM sont encore loin de rivaliser avec les Core d’Intel, comme on a pu le voir avec les PC Windows 10 sur ARM. Apple pourrait donc lancer un nouveau produit – un MacBook sous iOS avec une autonomie record par exemple – mais il faudra sans doute patienter avant de voir débarquer ses propres puces dans ses machines Pro (MacBook Pro, iMac Pro, Mac Pro).

Intel et Apple n’ont pas souhaité commenter ces informations. En attendant, le fondeur de Santa Clara a dévoilé de nouveaux processeurs qui devraient équiper les prochains MacBook Pro.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.