LaboFnac

Les compagnies aériennes américaines font la chasse aux bagages connectés

Plusieurs compagnies aériennes américaines, dès l'année prochaine, ne permettront plus aux propriétaires de bagages connectés dotés de batteries inamovibles de les placer en soute ou en cabine.

Ces trois ou quatre dernières années, quelques marques spécialisées soit dans les objets connectés, soit dans la bagagerie, se sont lancées sur un segment nouveau : celui des valises connectées. Des produits onéreux – la Bluesmart coûte près de 400 euros pour un format cabine -, mais qui permettent de suivre leur trajet et leur ouverture à distance.

Qui dit objet connecté dit aussi batterie, ce qui n’est pas sans poser problème : la réglementation autour de ce type d’accumulateurs s’est intensifiée pour le cas du fret en 2016, mais les conditions de transport sont elles aussi précises sur les vols commerciaux. En Europe par exemple, Air France ne permet pas de placer en soute comme en cabine des hoverboards et autres vélos électriques. Le cas des Galaxy Note 7 explosifs, à l’automne 2016, n’a rien arrangé à la réputation de ces batteries au lithium.

Bluesmart

Certaines compagnies américaines ont commencé à statuer sur le cas de ces valises à batteries. C’est à ce jour le cas d’American Airlines, de Delta Airlines et d’Alaskan Airlines, qui ont toutes commencé à communiquer sur le sujet. Elles n’autoriseront plus le transport de ce type de valises à partir du 15 janvier prochain, tandis qu’il est question d’une généralisation à d’autres compagnies dans leur sillage. Seule exception – mais qui réduira fortement l’intérêt de ces bagages : les valises seront admises dans les avions si leur batterie est amovible et conservée en cabine, à part, durant le trajet.

Ce qui n’arrange pas les affaires de Bluesmart, qui revendique 65 000 produits en circulation, toutes dotés de batteries inamovibles. La marque américaine assure ainsi « organiser des rencontres avec les compagnies aériennes les plus importantes dans le monde pour [s’]assurer que votre Bluesmart sera exclue de ce type de règles ». Parviendra-t-elle à obtenir une dérogation ? Pour l’heure, rien n’est moins sûr, et il faut se contenter d’une promesse : « nous vous tiendrons informés et notifiés de tout développement et de nos progrès avec les différentes compagnies aériennes ». Delsey, qui devrait lancer l’an prochain son Pluggage, l’équipera de piles alcalines qui, elles, ne devraient pas rencontrer de problèmes.

Laure Renouard

Laure Renouard

Journaliste - Fonctionne aussi hors connexion


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.