LaboFnac

Cambridge Analytica cesse ses activités, pour mieux se relancer ?

Empêtré dans les scandales, Cambridge Analytica met la clé sous la porte. La sulfureuse société britannique annonce qu'elle cesse "immédiatement toutes ses opérations" suite à l'affaire Facebook, mais ses activités pourraient reprendre sous un autre nom.

Accusée d’avoir aspiré les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs de Facebook sans leur consentement, Cambridge Analytica n’aura pas résisté à la tempête. L’affaire fait grand bruit depuis quelques semaines déjà et perturbe les activités de Facebook, mais aussi celles de SCL Group, maison mère de Cambridge Analytica. Cette dernière a entamé « une procédure d’insolvabilité au Royaume-Uni » et indique dans un communiqué qu’elle cesse « immédiatement toutes ses opérations ».

Facebook

© Facebook

« Malgré la confiance inébranlable de Cambridge Analytica dans le fait que ses employés ont agi de façon éthique et légale, […], le siège mené par la couverture médiatique a chassé pratiquement tous les clients et fournisseurs de la société. En conséquence, il a été établi qu’il n’est plus viable de poursuivre cette activité, ce qui a laissé Cambridge Analytica sans alternative réaliste » a-t-elle ajouté. Pour rappel, Cambridge Analytica a utilisé une application de quizz pour siphonner les données des utilisateurs ainsi que celles de leurs contacts sur Facebook. L’application a été installée par environ 300 000 personnes, mais ce sont près de 90 millions d’utilisateurs qui ont été touchés, dont 211 000 internautes français. Le scandale a pris une tournure politique puisque la société britannique a ensuite travaillé pour la campagne de Donald Trump, alors candidat républicain à la présidentielle Américaine de 2016.

Cambridge Analytica se défend…et renaît sous un autre nom ?

Depuis ces révélations, Cambridge Analytica (CA) tentait de réparer une réputation écornée. Dans son communiqué, elle conteste toujours les accusations et la manière dont elles ont été présentées. « Au cours des derniers mois, Cambridge Analytica a fait l’objet de nombreuses accusations infondées et, malgré les efforts de l’entreprise pour rectifier les faits, a été vilipendée pour des activités qui non seulement sont légales, mais aussi largement acceptées comme faisant partie intégrante de la publicité en ligne dans les domaines politique comme commercial », dénonce la firme. Elle évoque également une enquête indépendante menée à sa demande, selon laquelle « rien » de ce que ses employés ont entendu ou vu dans les médias « ne reflète ce qu’ils font réellement pour vivre ».

Toutefois, plusieurs têtes pensantes de la société ont déjà trouvé une porte de sortie, comme l’explique Business Insider. On apprend que d’anciens responsables de Cambridge Analytica ont rejoint le conseil d’administration d’Emerdata. Une entreprise créée en août 2017 qui siège à la même adresse que SCL Group. Dans les rangs d’Emerdata, on compte notamment la présence d’Alexander Nix, l’ex-patron de Cambridge Analytica, et de Rebekah et Jennifer Mercer, les filles de Robert Mercer. Une famille qui a notamment financé Cambridge Analytica. La nature des activités de cette jeune société n’est pas connue, mais il pourrait simplement s’agir d’un changement de nom. Englué dans les scandales, celui de Cambridge Analytica était sans doute devenu trop lourd à porter.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.