LaboFnac

Cambridge Analytica : Londres veut infliger une amende de 565 000 euros à Facebook

L'affaire Cambridge Analytica est loin d'être terminée pour Facebook. L'équivalent britannique de la CNIL compte infliger l'amende maximale (565 000 euros) au réseau social pour violation de la loi sur la protection des données.

Facebook se rapproche de sa première amende suite au scandale Cambridge Analytica. L’Information Commissioner’s Office (ICO), l’équivalent britannique de la CNIL, annonce son intention d’infliger une amende de 500 000 livres, soit 565 000 euros, au réseau social pour violation de la loi sur la protection des données. Dans un communiqué publié mercredi, l’autorité britannique explique : « L’enquête de l’ICO a conclu que Facebook avait enfreint la loi en omettant de protéger les données personnelles. Elle a également constaté que l’entreprise n’avait pas fait preuve de transparence quant à la façon dont les données des personnes ont été recueillies par d’autres ». L’ICO précise également que Facebook peut répondre à la commission, avant qu’une décision finale ne soit prise.

zuckerberg testimony

© Capture d’écran / LaboFnac

Elizabeth Denham, la commissaire britannique à l’information, ajoute : « Les nouvelles technologies qui utilisent l’analyse de données pour cibler les personnes donnent la possibilité aux sociétés de marketing politique de toucher des électeurs individuels. Mais cela ne peut se faire au détriment de la transparence, de l’équité et du respect de la loi ». L’enquête de la CNIL britannique sur les agissements de Facebook a débuté en mars 2017 et pris un nouveau tournant en début d’année suite aux révélations sur le scandale Cambridge Analytica. Le réseau social est depuis sous le coup de plusieurs enquêtes concernant le détournement des données de quelque 87 millions d’utilisateurs, comme le rappelle Reuters. Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a également été auditionné par des parlementaires américains et européens il y a quelques semaines.

Une amende symbolique ?

S’il s’agit de l’amende maximale que pouvait imposer l’ICO, elle ne représente que quelques minutes du chiffre d’affaires réalisées par le géant américain. L’an dernier, Facebook a réalisé un CA total d’un peu plus de 40 milliards de dollars (34 milliards d’euros) et vu ses bénéfices atteindre les 16 milliards de dollars (13,7 milliards d’euros). À noter que depuis l’entrée en vigueur du RGPD, le règlement général sur la protection des données personnelles, les entreprises s’exposent à des amendes pouvant représenter jusqu’à 4 % de leur chiffre d’affaires annuel. Dans le cas de Facebook, cela représenterait une amende de 1,6 milliard de dollars, mais le RGPD n’est applicable que depuis le 25 mai 2018 et l’enquête a débuté en 2017. Pour Elizabeth Denham, l’essentiel est ailleurs : « Nous sommes à la croisée des chemins. La confiance dans l’intégrité de nos processus démocratiques risque d’être perturbée, car l’électeur moyen a peu d’idée de ce qui se passe dans les coulisses. Les amendes et les poursuites punissent les mauvais acteurs, mais mon véritable objectif est d’apporter des changements et de rétablir la confiance dans notre système démocratique ».


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.