LaboFnac

Star Citizen (Cloud Imperium) en justice contre Crytek (Crysis)

Des batailles juridiques, il y en a aussi dans le jeu vidéo. En atteste l'affaire du jour qui oppose Crytek et Cloud Imperium, pour rupture de contrat et infraction de copyright.

173 528 186 dollars. C’est le petit pécule dont dispose Cloud Imperium Games (ou CIG) grâce au financement participatif, qui continue encore et encore de faire des siennes avec l’annonce de chaque nouvelle fonctionnalité et autres babioles virtuelles à acheter contre le code magique de la carte bleue. Si le studio est largement décrié pour le développement à rallonge de Star Citizen et la multiplication des projets sans que le principal ne touche au but, il attire aussi les convoitises.

Star Citizen

Crytek a ainsi déposé plainte contre Cloud Imperium, notamment pour l’utilisation du moteur Cryengine dans Star Citizen de façon illicite. Cloud Imperium ayant enlevé les logos et mentions du Cryengine dans les vidéos de communication et du marketing autour de Star Citizen, Crytek a indiqué que cela constituait déjà une rupture du contrat d’utilisation de la solution technique. D’autant que Chris Roberts (fondateur de CI), a également requalifié le nom du moteur utilisé pour le jeu en Star Engine plutôt que de parler du Cryengine. Pour la petite histoire, Star Citizen tourne maintenant sur le moteur Lumberyard d’Amazon, qui est lui-même un dérivé du Cryengine.

C’est d’ailleurs un autre point qui pose problème dans l’affaire, car les GLA (Game Licence Agreement) entre les deux sociétés, stipule que le défendant doit exclusivement utiliser le Cryengine dans le jeu. Le contrat de base indiquait également l’obligation de CGI, de collaborer sur le développement du Cryengine en aidant sur la correction de bugs et des optimisations diverses et variées de façon annuelle, ce que n’a pas fait Cloud Imperium pour l’année 2016, notamment.

L’autre gros focus du plaignant est envers Squadron 42, qui est en fait le mode solo de Star Citizen. CIG avait annoncé au début de l’année 2016 que ce titre serait achetable séparément de Star Citizen. Il n’en fallait pas plus pour que Crytek le considère comme un jeu à part entière (certes), et comme le contrat d’utilisation du Cryengine ne concernait qu’un jeu, cela constitue de fait une violation, et donc un motif d’attaque. « Crytek n’a pas été rétribué pour l’utilisation de sa technologie dans Squadron 42, sans licence » explique ainsi le plaignant qui réclame donc des indemnisations ainsi que des royalties sur les ventes du titre.

Dans l’absolu, les dommages directs sont estimés à 75 000 dollars, sachant que les dommages indirects, pertes et autres royalties feraient grimper le montant de façon spectaculaire la cagnotte en cas de victoire de Crytek. Mais les demandes ne s’arrêtent pas là : il est également question d’une interdiction pure et simple d’utiliser le Cryengine dans le futur. Une affaire qui n’est pas nécessairement gagnée d’avance pour Crytek, mais qui risque déjà de mettre une sacrée épine dans le pied de Cloud Imperium et Chris Roberts.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.