LaboFnac

En conflit avec Spotify, Apple répond avec des chiffres

Après la décision de l'Union européenne d'ouvrir une enquête sur les pratiques d'Apple, la firme de Cupertino répond, chiffres à l'appui. Elle affirme ne percevoir de redevance que sur moins de 700 000 abonnés, soit une infime fraction des 100 millions d'abonnés payants que compte Spotify.

Apple contre-attaque après la plainte de son rival Spotify. Le géant suédois, qui accuse son homologue américain d’abus de position sur le marché de la musique en ligne, a décidé de porter de plainte auprès des autorités européennes de la concurrence. La firme de Cupertino avait très vite réagi à ces accusations, dénonçant les agissements d’un Spotify qui veut « tous les avantages d’une app gratuite sans être gratuite ». Cette sortie n’avait pas empêché la Commission européenne d’ouvrir une enquête, médiatisant encore davantage cette guerre entre les deux géants du secteur.

En concurrence avec Apple Music, la firme suédoise reproche à son rival d’utiliser son App Store pour proposer des abonnements et imposer une taxe de 30 % aux autres fournisseurs d’application. Des pratiques que Spotify dénonce depuis plusieurs années, assurant qu’Apple « a introduit dans l’App Store des règles qui limitent intentionnellement le choix et étouffent l’innovation ». Après s’être expliqué sur cette fameuse commission, la société californienne est une nouvelle fois revenue sur l’argument financier utilisé par Spotify, chiffres à l’appui.

Apple argent dollars

© Creative Commons

Apple a fait savoir à plusieurs organes de presse (AFP, Spiegel ou encore Music Business Worldwide) qu’il ne percevant de redevance du Suédois que sur mois de 700 000 abonnés. La firme de Tim Cook a indiqué à l’AFP « ne percevoir en tout et pour tout que 15 % de frais sur 680 000 usagers qui se sont abonnés en 2014 et 2016 via l’App Store et son système de paiement direct ». Cela ne représente qu’une infime fraction des 100 millions d’abonnés payants que compte le leader de la musique en ligne.

Par ailleurs, Apple ajoute que Spotify ne lui verse aucune de redevance de 30 % et n’a rien payé pour tous ses nouveaux clients depuis 2016. En août dernier, le géant suédois avait fait savoir qu’il ne voulait plus payer les commissions de l’App Store en ne permettant plus aux nouveaux de clients de s’abonner via son application iOS. Le groupe avait également poussé ses clients à abandonner le système de paiement d’Apple (in-app payment system) et de le faire directement via Spotify.

Apple ne veut pas connaître le même sort que Google et Microsoft en Europe

Numéro un mondial de la musique en ligne, Spotify revendique plus de 200 millions d’usagers actifs, dont la moitié abonnés à son service Premium. Des chiffres qui lui permettent de conserver une marge confortable sur Apple Music, mais le service américain se rapproche sur plusieurs marchés. Avec cette démonstration, la firme de Cupertino entend démontrer qu’elle n’occupe pas une position dominante et s’éviter des sanctions de la part de Bruxelles. En novembre dernier, Margrethe Vestager avait indiqué ne pas considérer Apple comme une « société dominante », mais simplement comme une « grande entreprise ». Une différence majeure qui a jusqu’à présent permis à l’entreprise de Tim Cook de ne pas subir le même traitement que Google et Microsoft. Ces deux entreprises se sont récemment vues infliger des amendes records par la Commission européenne.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.