LaboFnac

[MàJ] iRobot souhaite vendre les données collectées par ses aspirateurs Roomba

Les aspirateurs robots ne se contentent pas de nettoyer les sols : les modèles connectés se chargent de cartographier l'espace grâce à leur capteurs, afin d'optimiser leurs déplacements. Des données que l'acteur le plus célèbre de ce marché compte céder à un géant de la domotique.

[Mise à jour le 27 juillet 2017 : iRobot se veut rassurant sur le sujet de la protection des données clients. Colin Angle déclare ainsi : « iRobot ne vend pas de données car nos clients sont pour nous une priorité. Nous n’abuserons jamais de leur confiance en vendant ou violant des données liées au client, y compris les données collectées par nos produits connectés. À l’heure actuelle, les données recueillies par Roomba lui permettent de nettoyer efficacement la maison et de fournir aux clients des informations sur les performances de nettoyage. IRobot est convaincu qu’à l’avenir, ces informations pourraient fournir encore plus de valeur à nos clients en permettant à la maison intelligente et à ses périphériques de fonctionner mieux, mais toujours avec leur consentement explicite ».]

 

Et si l’avenir d’iRobot ne se situait plus seulement dans les robots nettoyeurs de sol, mais dans les données ? C’est ce que laisse entendre Colin Angle, le CEO de la firme à laquelle on doit les fameux Roomba, dont la toute première version est déjà âgée de 15 ans. L’aspirateur-robot se fait connecté en WiFi depuis  2015, ce qui lui permet de collecter davantage de données spatiales pour mieux remplir son office, mais aussi d’être compatibles avec les assistants vocaux de Google et d’Amazon.

Roomba

« Il y a un écosystème entier de choses et de services que la maison connectée peut fournir dès lors que vous avez une carte enrichie de la maison dont l’utilisateur a autorisé le partage », pointe Colin Angle auprès de Reuters. De quoi expliquer son projet à court terme : la vente de ces cartes à Google, Amazon ou Apple dans les deux ans à venir, ce qui permettrait également à iRobot de dégager une nouvelle source de revenus, bien que le montant estimé d’une telle transaction reste à déterminer.

Pour iRobot, et même si les conditions d’utilisation des Roomba, comme le notent nos confrères de Gizmodo, semblent autoriser la firme à partager ces données, la question du respect de la vie privée reste centrale. Colin Angle néanmoins assuré à Reuters qu’iRobot ne « vendrait pas de données sans l’accord de ses clients ». Il semble d’ailleurs convaincu qu’ils accepteront sans peine de partager leurs données à des tiers, pourvu qu’elles permettent à leur équipement domotique de fonctionner plus intelligemment. Ce dernier point reste évidemment à prouver, tout comme l’intérêt que portent les Big Three aux données collectées par Roomba, aucune des trois entreprises n’ayant confirmé son intention d’acquérir les données des petits robots.

Laure Renouard

Laure Renouard

Journaliste - Fonctionne aussi hors connexion


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.