LaboFnac

Les drones DJI sont aussi dans le collimateur de l’administration Trump

Après Huawei, les fabricants de drones chinois se retrouvent dans le viseur du département de la Sécurité intérieure des États-Unis. Ils sont suspectés de collecter des informations et le leader du secteur, DJI, est tout particulièrement menacé.

La guerre commerciale qui oppose les États-Unis à la Chine pourrait faire de nouvelles victimes. Après Huawei, qui se trouve dans une position très inconfortable, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS) met en garde contre les fabricants de drones chinois. Selon l’alerte du DHS, que CNN a pu consulter, les drones de fabrication chinoise représentent un « risque potentiel pour les informations d’une organisation ». Ces produits « contiennent des composants susceptibles de compromettre des données et de partager des informations sur un serveur accessible en dehors de l’entreprise ».

DJI Phantom 2

© DJI

À l’image du décret récemment signé par Donald Trump, le rapport ne cite aucun fabricant en particulier, mais près de 80 % des drones utilisés aux États-Unis et au Canada proviennent de DJI. Le leader mondial des drones civils, dont le siège social est situé à Shenzhen, est donc la principale cible des autorités américaines. « Le gouvernement des États-Unis s’inquiète vivement de tout produit technologique qui introduit des données américaines sur le territoire d’un État autoritaire et qui permet à ses services de renseignement d’y accéder sans entrave ou d’en abuser d’une autre manière », indique le département américain de la sécurité intérieure.

Les drones chinois inquiètent les États-Unis

Il ajoute : « Ces préoccupations s’appliquent avec la même force à certains dispositifs connectés de fabrication chinoise (systèmes d’aéronef sans pilote (UAS), capables de collecter et de transférer des données potentiellement révélatrices sur les opérations, les personnes et organisations qui les exploitent, la Chine imposant à ses citoyens des obligations exceptionnellement strictes en matière de soutien des activités de renseignement ».

Cette mise en garde fait suite au décret signé la semaine dernière par le président américain Donald Trump et rappelle les nombreux avertissements lancés contre Huawei. En revanche, les deux situations sont différentes, puisque l’activité de DJI dépend moins des technologies américaines que celle de Huawei. Le leader mondial des drones pourrait donc se voir interdire l’accès au marché américain, mais il y a peu de chance de voir ses appareils cloués au sol dans le reste du monde.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.