LaboFnac

L’Essential Phone s’est effectivement très mal vendu

Les chiffres de vente de l'Essential Phone, dévoilés par IDC, ne font pas honneur au smartphone d'Andy Rubin.

C’était censé être le produit du retour aux sources, en plus de celui de l’innovation. L’Essential Phone, qu’on doit à Andy Rubin, le créateur du système d’exploitation mobile Android, n’est pas parvenu à séduire les foules malgré son design atypique, son format borderless et sa fiche technique ravissante. Et seules 90 000 âmes se sont laissées tenter par le smartphone.

essential phone

Il avait pourtant tout pour plaire. En effet, l’Essential PH-1 (Essential Phone) embarque ce qui se faisait de mieux en 2017, à savoir un chipset Snapdragon 835, 4 Go de RAM et 128 Go de stockage (en UFS 2.1), mais aussi un lecteur d’empreintes, un double capteur photo, et le support de la 4G en plus du Wi-Fi ac, le Bluetooth 5.0 et le NFC. Cette fiche technique, alliée à la réputation d’Andy Rubin, nous laissait bon espoir de voir ce mobile se vendre par palettes, même s’il faut des années pour espérer tutoyer des noms plus courants de l’industrie mobile.

Mais cela n’a pas suffi. D’après IDC, spécialiste des études relatives aux nouvelles technologies, l’EP ne s’est écoulé qu’à 88 000 exemplaires sur l’année 2017. Notons toutefois que le produit n’a été disponible qu’à partir du mois de juillet. Les chiffres sont en tout cas peu glorieux, surtout quand on sait que l’entreprise avait atteint une valorisation de 1,2 milliard de dollars en août dernier, avec des investisseurs optimistes.

Romain Challand

Romain Challand

Journaliste


    Contenus associés

    Partager cet article :

    Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.