LaboFnac

Les États-Unis lancent une enquête antitrust contre les géants de la tech

Le département américain de la Justice a annoncé l'ouverture d'une enquête antitrust visant les grandes firmes de la tech. Elle doit déterminer si ces "géants", dont les noms n'ont pas été précisés, étaient engagés dans des pratiques anticoncurrentielles.

Les géants de la tech sont dans le viseur dans la justice américaine. Après l’Union européenne, les États-Unis ont décidé de se pencher sur la situation des grandes firmes du numérique. Le département de la Justice des États-Unis vient d’annoncer l’ouverture d’une enquête antitrust pour déterminer si les grands noms de la tech étaient engagés dans des pratiques anticoncurrentielles, rapporte Reuters.

Justice

© Creative Commons / Activedia

Les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) ne sont pas directement nommés, mais l’enquête vise les « leaders du marché » et portera entre autres sur « la recherche, les médias sociaux et certains services de distribution en ligne ». Une description qui ne laisse que peu de doutes sur les entreprises ciblées. Les noms d’Alphabet (Google), Amazon et Facebook circulent déjà, tandis qu’Apple pourrait aussi être visé avec l’App Store. D’autres entreprises issues de la Silicon Valley – comme Twitter – semblent également concernées par cette vaste enquête.

Les géants du numérique sont-ils trop puissants ?

La justice américaine souhaite savoir « de quelle manière les plates-formes en ligne sont parvenues à asseoir leur pouvoir sur le marché et si elles poursuivent des pratiques qui ont amoindri la concurrence ». Elle veut également déterminer si ces sociétés ont « étouffé l’innovation ou encore porté préjudice au consommateur ». Makan Delrahim, en charge des questions antitrust au ministère américain de la Justice, explique : « Sans la discipline d’une compétition significative, les plates-formes numériques pourraient agir sans égard pour les exigences des consommateurs (…) La procédure antitrust du département étudiera ces questions importantes ».

Ce n’est pas la première fois que les autorités américaines s’intéressent aux géants de la tech. L’AFP rappelle que la commission judiciaire de la Chambre des représentants a lancé en juin une enquête sur « la concurrence sur le marché numérique », affirmant qu’un « petit nombre de plateformes dominantes et non régulées » avaient « un pouvoir extraordinaire dans le commerce, la communication et l’information en ligne ». Des investigations sont également menées par l’agence en charge de la protection des consommateurs (FTC).

Les amendes ne font pas peur aux GAFAM

Déjà sous le feu des critiques concernant les questions du respect de la vie privée et des données personnelles, les pratiques des mastodontes du web interrogent partout dans le monde. La Commission européenne a déjà infligé trois lourdes amendes à la maison-mère de Google et vient d’annoncer l’ouverture d’une « enquête approfondie » sur Amazon. Néanmoins, à l’image de l’amende de 5 milliards de dollars que vient d’infliger le régulateur américain (FTC) à Facebook, ces lourdes amendes n’inquiètent pas ces surpuissances aux chiffres vertigineux.

« Ce combat des titans entre Washington et les géants de la tech fait plus de bruit que de mal » pour le secteur et « va probablement résulter en quelques modifications du modèle économique plutôt qu’en dissolutions forcées des activités », assure l’analyste Dan Ives de Wedbush Securities. Depuis quelques mois, la question du démantèlement des géants américains de l’Internet est également posée. Une sanction qui semble toutefois peu probable pour Dan Ives et Patrick Moorhead, fondateur du cabinet Moor Insights & Strategy. Ce dernier explique : « Je ne pense pas que les États-Unis soient sérieusement enclins à démembrer ces sociétés, parce qu’ils ont encore plus peur que les entreprises chinoises ne deviennent encore plus grosses ».


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.