LaboFnac

Les États-Unis pourraient empêcher Huawei de se fournir auprès de TSMC

L'administration Trump planche sur de nouvelles sanctions contre Huawei et envisage d'isoler le géant chinois des principaux fabricants de puces. La mesure vise à mettre fin à la collaboration entre TSMC et le fabricant de smartphones.

Les États-Unis ne relâchent pas la pression sur Huawei et réfléchissent depuis quelques semaines à de nouvelles sanctions. Déjà privé de sa licence Android, l’ennemi public chinois numéro 1 de l’administration Trump pourrait bientôt devoir se passer de puces qui dépendent de technologies américaines. L’agence Reuters (via GSMArena) indique que le gouvernement américain envisage de modifier la réglementation afin de bloquer les livraisons de puces à Huawei. Cette option viserait notamment à mettre fin à la collaboration entre le fabricant chinois et TSMC. « Ce qu’ils essaient de faire, c’est de s’assurer qu’aucune puce qu’ils peuvent contrôler ne parvienne à Huawei », explique une source anonyme à Reuters.

Huawei Kirin 990

© Huawei

La mesure serait un nouveau coup dur pour le numéro deux mondial du smartphone, qui se retrouverait privé d’un acteur important comme TSMC. Le géant taïwanais des semi-conducteurs utilise en effet des technologies américaines afin de produire des puces pour de nombreux fabricants. La firme fabrique notamment des puces pour Apple, Qualcomm ou les chipsets de Huawei via HiSilicon. La filiale du groupe chinois se retrouverait ainsi dans l’impossibilité de produire des puces Kirin.

L’agence de presse – qui s’appuie sur deux sources – note que le projet est encore loin d’être adopté, même si les États-Unis affirment avoir des preuves contre Huawei. Washington doit faire preuve de prudence mais envisage déjà d’obliger les fabricants de semi-conducteurs étrangers – comme TSMC – à demander une autorisation pour fournir des puces à Huawei. Toujours au cœur de la bataille technologique entre Pékin et Washington, Huawei a été placé sur une liste noire en 2019 pour des raisons de sécurité nationale. Donald Trump multiplie depuis les menaces et pourrait une nouvelle fois contrarier son homologue chinois Xi Jinping avec cette décision.

Les États-Unis cherchent à porter un coup fatal à Huawei

L’an dernier, le Britannique ARM avait pris ses distances avec Huawei avant d’annoncer qu’il continuerait à travailler avec le géant chinois sur ses puces mobiles. Le fondeur taïwanais TSMC avait de son côté expliqué (via Bloomberg) n’avoir « reçu aucune demande du gouvernement américain pour l’empêcher de fournir Huawei ». Pour les États-Unis, ce plan pourrait empêcher Huawei de produire de nouveaux smartphones alors que le constructeur travaille sur des alternatives aux services de Google. Récemment, les principaux fabricants chinois de smartphones ont décidé de s’allier pour contester la domination du Play Store de ce dernier.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.