LaboFnac

L’Europe adresse une amende record de 2,42 milliards d’euros à Google

La Commission Européenne vient d'annoncer la condamnation de Google a une amende record de 2,4 milliards d'euros pour abus de position dominante sur le marché des moteurs de recherche.

Les spécialistes s’attendaient à ce que la Commission Européenne annonce une amende d’un montant supérieur au milliard d’euros à l’encontre de Google, mais c’était une estimation finalement légère. La Commission a en effet infligé à Google une amende de 2,42 milliards d’euros pour violation des règles de concurrence de l’UE, abusant d’une position dominante sur le marché des moteurs de recherche.

european building justice

Ce qu’a fait Google

Margrethe Vestager, la commissaire chargée de la politique de concurrence, a déclaré lors d’une conférence de presse exceptionnelle : « Google est à l’origine d’un grand nombre de produits et de services innovants qui ont changé notre vie, ce qui est positif. Mais sa stratégie relative à son service de comparaison de prix ne s’est pas limitée à attirer des clients en rendant son produit meilleur que celui de ses concurrents. En effet, Google a abusé de sa position dominante sur le marché des moteurs de recherche en favorisant son propre service de comparaison de prix dans ses résultats de recherche et en rétrogradant ceux de ses concurrents. »

La décision adoptée aujourd’hui conclut que Google occupe une position dominante sur les marchés de la recherche générale sur l’internet dans l’ensemble de l’Espace économique européen (EEE), soit dans 31 pays. D’après l’expertise de la Commission, depuis que l’abus de position dominante a commencé, le trafic du service de comparaison de prix de Google a été multiplié par 45 au Royaume-Uni, par 35 en Allemagne, par 29 aux Pays-Bas, ou encore par 19 en France. Et à l’inverse, la Commission a trouvé des preuves spécifiques de chutes soudaines du trafic vers certains sites concurrents, de l’ordre de 85 % au Royaume-Uni et jusqu’à 92 % en Allemagne et 80 % en France.

Une enquête pointue

La Commission Européenne souligne avoir recueilli de nombreuses preuves permettant de justifier la décision et le montant de l’amende. Elle fait notamment remarquer que près de 5,2 téraoctets de résultats de recherche effective provenant de Google ont été récupérés, ainsi que des documents de Google et d’autres acteurs du marché remontant à l’époque des faits, ou encore des données financières et de trafic qui soulignent l’importance commerciale de la visibilité dans les résultats de recherche de Google et l’incidence d’une rétrogradation.

Quelle suite pour Google ?

Comme l’explique le communiqué de la Commission, « Google doit mettre un terme à son comportement illégal dans un délai de 90 jours à compter de la décision et s’abstenir de toute mesure ayant un objet ou un effet identique ou équivalent ».

Le géant américain a toutefois fait connaître son désaccord dans la foulée. « Nous sommes respectueusement en désaccord avec les conclusions annoncées aujourd’hui. Nous allons étudier la décision de la Commission en détail et nous envisageons un appel », explique Google dans un communiqué.

Romain Challand

Romain Challand

Journaliste


    Contenus associés

    Partager cet article :

    Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.