LaboFnac

Il existe une version secrète de Tinder et vous n’y avez pas accès

Tinder a développé dans le plus grand des secrets une fonctionnalité cachée et baptisée Select, qui ne concerne qu'un nombre très restreint de personnes. Explications.

« C’est une soirée privée ici, monsieur ». Allons bon. Se faire recaler dans la vraie vie, d’accord, mais c’est bien pour pallier à ça que sont, en partie, faites les applications, non ? Et pourtant, même dans l’antre de la séduction virtuelle, j’ai nommé Tinder, il existe un espace VIP rempli de gens beaux, riches et/ou célèbres. Cet espace, appelé Tinder Select, n’est cette fois pas gardé par des molosses en costard, mais des développeurs susceptibles d’ajouter un jour votre nom à cette short-list de privilégiés.

tinder

C’est le média américain Tech Crunch qui révèle aujourd’hui l’existence de ce Tinder alternatif, captures d’écran à l’appui. Tinder Select ne semble pas nécessiter l’installation d’une nouvelle application, mais plutôt être une sous-couche cachée de l’application. Pour activer la fonctionnalité, il faut alors recevoir une invitation à rejoindre la communauté Select (par SMS) en validant un lien renvoyant vers l’URL select.gotinder.com. Nul besoin d’être un fin limier pour se rendre compte que l’erreur 404 qui s’affiche, de coloris bleu comme au sein de Select, confirme à elle seule l’existence de la fonctionnalité. Sauf qu’il nous manque un bout de l’URL pour y accéder.

Communauté fermée

Mais comment être invité ? C’est visiblement la grande interrogation autour de Select, et le secret a l’air bien gardé. D’après un des screenshots publiés par Tech Crunch, certains utilisateurs peuvent obtenir le pouvoir d’inviter (nominer) un nombre défini d’amis. Et comment obtenir ce pouvoir ? Nul ne sait vraiment, et il semblerait que Tinder ait ensuite à valider la nomination.

Quant au type de personnes autorisés à utiliser Select, Tech Crunch indique qu’il s’agit de mannequins, célébrités en tous genres, ou encore patrons d’entreprises à succès. S’ils désirent arpenter les ruelles sombres et malfamées du monde virtuelle des humains lambdas, ils le peuvent d’un simple tapotement du doigt. Mais prend-on volontairement l’ascenseur social dans le sens de la descente ? Il y a de quoi en douter.

 

Romain Challand

Romain Challand

Journaliste


    Contenus associés

    Partager cet article :

    Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.