LaboFnac

Facebook envisage d’unifier ses messageries WhatsApp, Messenger et Instagram

Mark Zuckerberg veut rapprocher les trois messageries détenues par sa société en les rendant interopérables. Un projet d'envergure qui doit apporter plus de flexibilité pour l'utilisateur, mais ce croisement massif de données soulève de nombreuses interrogations.

Mark Zuckerberg souhaite repartir de l’avant après une année compliquée pour sa société et il a un projet ambitieux. En plus de dialoguer, le PDG de Facebook souhaite de fusionner l’infrastructure de messagerie de ses trois messageries phares que sont WhatsApp, Messenger et Instagram. L’objectif du réseau social n’est pas de créer une « super-messagerie » puisque les différents services continueront de fonctionner comme des applications autonomes, mais d’unifier leur « infrastructure technique sous-jacente », ont expliqué quatre personnes travaillant sur le projet au New York Times.

Réseaux sociaux applications

© Creative Commons

Ce projet de taille doit permettre au géant américain de réunir trois des plus importantes messageries au monde et d’offrir de nouvelles possibilités aux utilisateurs. Messenger, WhatsApp et Instagram cumulent 2,6 milliards d’usagers dans le monde, mais les utilisateurs de ces applications ne peuvent actuellement pas communiquer entre eux. Le fait de maintenir les trois applications autonomes tout en leur offrant une infrastructure unique permettrait aux utilisateurs de communiquer entre ces plateformes. Le New York Times précise que cette refonte n’en est qu’à ses débuts et qu’elle pourrait être achevée « d’ici la fin de cette année ou début 2020 ». Un défi pour le réseau social, puisque le projet exige que des milliers d’employés de la firme reconfigurent le fonctionnement de WhatsApp, Instagram et Facebook Messenger.

Toutefois, Mark Zuckerberg considère ce projet comme prioritaire et le PDG de Facebook aurait également ordonné que toutes ces applications intègrent le chiffrement de bout en bout. Dans un communiqué, le réseau social a déclaré qu’il voulait « créer les meilleures expériences de messagerie possible » et que les utilisateurs attendent qu’une messagerie soit rapide, simple, fiable et privée. Il ajoute : « Nous nous efforçons de chiffrer davantage nos produits de messagerie de bout en bout et d’envisager des moyens de faciliter la communication avec les amis et la famille sur les réseaux ».

Un croisement massif de données qui inquiète

Dernière cette volonté d’offrir plus de souplesse et de sécurité à ses membres, l’initiative doit aussi et surtout permettre à Facebook de renforcer son emprise sur les utilisateurs, quitte à renoncer à quelques promesses. Lors des rachats successifs d’Instagram (en 2012) et WhatsApp (2014), Mark Zuckerberg avait promis de laisser les deux services évoluer séparément, leur laissant alors une certaine autonomie. Depuis quelques mois, les dirigeants de Facebook semblent avoir pris une autre direction, provoquant les départs des fondateurs de WhatsApp puis de ceux d’Instagram. Jusqu’ici inconnue, la « fusion » imposée par le PDG de Facebook pourrait bien être la raison de ces départs.

En effet, des désaccords concernant la confidentialité des données et le chiffrement ont été évoqués. Le fait de rapprocher les trois messageries doit pousser les utilisateurs à utiliser plus souvent les différents services de Facebook, un atout pour proposer des publicités mieux ciblées et qui se traduira par un croisement important des données personnelles. Ce dernier élément soulève de nombreuses interrogations alors que Facebook est déjà fortement critiqué pour sa gestion de la vie privée.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.