LaboFnac

Facebook est prêt à développer ses propres puces pour la réalité augmentée

Facebook veut concevoir ses propres semi-conducteurs et multiplie les recrutements ces derniers mois. Le réseau social cherche actuellement des ingénieurs et des concepteurs pour compléter ses effectifs. Ces puces seront utilisées pour la réalité augmentée, mais pas seulement.

Facebook est connu pour être le plus grand réseau social du monde, mais l’entreprise de Mark Zuckerberg ne veut pas se cantonner à ce secteur. Comme d’autres géants de la tech – dont Google et Apple – Facebook veut fabriquer ses propres puces afin de réduire sa dépendance vis-à-vis de ses fournisseurs tels que Qualcomm et Intel. S’il est encore novice sur ce secteur, Bloomberg expliquait en avril dernier que le géant américain avait commencé à publier plusieurs offres d’emploi. L’an dernier, l’ancien vice-président à l’international de Xiaomi avait rejoint Facebook pour prendre la tête de sa division en charge de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée.

Test Oculus Go

© LaboFnac

Les scandales qui affectent Facebook en 2018 ont quelque peu bousculé les plans du réseau social, mais ce dernier reste déterminé à mener à bien ses différents projets. Le site The Information (via Digital Trends) explique que la société basée à Menlo Park poursuit son recrutement. Elle est à la recherche d’ingénieurs et de concepteurs pour accompagner son équipe Silicon dans le processus de fabrications de puces pour des appareils et applications de réalité augmentée (AR). L’information est peu surprenante, puisque l’arrivée d’une paire de lunettes d’AR est régulièrement évoquée.

Ces derniers jours, la société a cherché plusieurs postes différents pour compléter ses effectifs. La description de l’annonce permet d’ailleurs d’en savoir un peu plus sur les intentions de Facebook. « L’équipe Facebook Silicon est à la pointe du progrès grâce à des travaux révolutionnaires en vision par ordinateur, apprentissage automatique (machine learning), réalité mixte, graphismes, écrans, capteurs et nouveaux moyens de cartographier le corps humain. Nos puces permettront aux appareils AR d’associer nos mondes réels et virtuels tout au long de la journée. Nous pensons que le seul moyen d’atteindre nos objectifs est d’examiner la pile entière, du transistor à l’architecture, en passant par le firmware et les algorithmes », explique le réseau social. Durant l’été, Facebook a déjà débauché Shahriar Rabii, jusqu’ici directeur de l’ingénierie chez Google, pour en faire son vice-président de la division puces électroniques.

Pourquoi Facebook veut concevoir ses propres puces ?

À l’instar d’Apple, Facebook semble décidé à ne pas seulement faire fonctionner ses logiciels sur d’autres plateformes. Le groupe de Mark Zuckerberg veut gagner en indépendance en contrôlant l’ensemble du processus, de la partie matérielle à la partie logicielle. Le réseau social s’intéresse – depuis quelques années déjà – à la réalité augmentée (AR) et à la réalité virtuelle (VR). Les deux sujets avaient d’ailleurs été évoqués à l’occasion de l’événement F8 2017. Plus récemment, Facebook a renforcé le volet commercial de Messenger en annonçant l’arrivée de la réalité augmentée. Des publicités AR ont également fait leur apparition dans le fil d’actualité des membres afin de continuer à séduire les annonceurs. La firme américaine s’est aussi distinguée en rachetant Oculus en 2014, ce qui lui a notamment permis de lancer son premier casque VR autonome.

Les puces de Facebook pourraient donc trouver leur place dans les casques, en plus des lunettes connectées, mais aussi dans ses data-centers, objets connectés comme l’enceinte Portal et pour l’intelligence artificielle. Autant de domaines qui permettront à ce membre des GAFAM de diversifier ses revenus, lui qui reste aujourd’hui dépendant de la publicité.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.