LaboFnac

Facebook lance sa traque aux fausses informations en Allemagne

Facebook s'apprête à lancer, en Allemagne, un filtre pour lutter contre la désinformation. Les informations signalées par les utilisateurs pourront alors être vérifiées par une organisation indépendante.

Ce qui n’était qu’un épiphénomène sur Internet, et découlait presque naturellement des théories du complot, est devenu un problème. En 2016, les fausses informations semblent s’être propagées plus que d’ordinaire sur les réseaux sociaux, et il ne se passe pas une journée sans qu’il faille fact-checker une information partagée en masse et pourtant fausse.

fausse information facebook

Un phénomène récent

Jusqu’à présent, les cerveaux des réseaux sociaux semblaient laisser les utilisateurs faire justice eux-mêmes dans ce domaine. Mais c’était avant que les fausses informations ne se contentent plus d’alimenter des théories reptiliennes et autres bizarreries, et s’intègrent de manière plus subtile dans le domaine du politique, prenant jusqu’à la forme de vrais médias. Sans entrer dans le détail – que l’on laisse à d’autres plus spécialisés sur ces thématiques – la campagne présidentielle américaine a été le point d’orgue du phénomène, et Facebook a clairement été montré du doigt pour son laxisme en matière de lutte contre la désinformation.

Plus récemment encore, c’est l’Allemagne et Angela Merkel qui se sont montrées critiques et fermes envers le réseau social, indiquant que la coalition majoritaire au parlement allemand a déjà commencé à travailler sur de possibles sanctions financières des réseaux sociaux comme Facebook qui ne seraient pas assez réactifs face à la désinformation. Une réaction qui arrive juste avant les élections allemandes, mais c’est un autre problème.

Un filtre à déployer

Ainsi, et fort logiquement, Facebook a commencé le déploiement d’un filtre anti-désinformation sur la version allemande du réseau social, après un premier essai effectué aux États-Unis. Mais comment fonctionne ce filtre ? En fait, Facebook fait appel, en Allemagne du moins, à une organisation à but non lucratif, nommée Correctiv. Cette organisation, qui n’est finalement ni plus ni moins qu’un média, va être chargée de fact-checker les histoires signalées comme fausses sur le réseau social. Les questions sont nombreuses : à partir de combien de signalements une news sera-t-elle vérifiée ? Quelle est la légitimité de Correctiv ? A priori, la démarche ne sera pas trop manichéenne, et le lien partagé par un utilisateur comportera simplement une mention expliquant qu’il y a des points de vue différents au sujet de la pertinence de l’information, et l’invitant à consulter d’autres sources.

À l’approche des élections françaises, on s’attend à voir débarquer un outil similaire, mais le silence est total pour le moment. Tout juste a-t-on entendu parler d’un outil de fact-checking, sous forme d’extension navigateur, que les Décodeurs développeraient actuellement. Mais c’est une extension sans lien avec Facebook, visiblement.

Romain Challand

Romain Challand

Journaliste


    Contenus associés

    Comments are closed.

    Partager cet article :

    Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.