LaboFnac

Facebook ne veut plus voir les publicités liées aux cryptomonnaies

Facebook a décidé de bannir les publicités relatives aux cryptomonnaies et aux levées de fonds (ICO). Le réseau social explique vouloir protéger ses membres contre les tentatives d'escroquerie.

Facebook a décidé de durcir le ton face aux publicités liées aux cryptomonnaies, dont le bitcoin, et les levées de fonds (ICO pour Initial Coin Offering). Le plus grand réseau social du monde a présenté en début de semaine ses nouvelles règles publicitaires et a décidé d’interdire toute publicité relative aux cryptomonnaies. Avec cette décision, Facebook précise vouloir protéger ses membres et éviter les arnaques.

Le réseau social veut éviter les escroqueries et tromperies

« Nous avons mis au point une nouvelle politique qui interdit les publicités faisant la promotion de produits financiers et de services fréquemment associés à des pratiques promotionnelles trompeuses ou mensongères, telles que les options binaires, les ICO (Initial Coin Offerings) et les cryptomonnaies », explique Robe Leathern, directeur de la gestion de produits de Facebook. S’il « y a beaucoup d’entreprises qui font de la publicité pour des levées de fonds et des cryptomonnaies et qui n’opèrent pas de bonne foi », le géant américain ne ferme pas complètement la porte aux monnaies virtuelles. La firme précise vouloir « que les gens continuent de découvrir et apprendre à connaître de nouveaux produits et services grâce aux publicités de Facebook sans craindre des escroqueries ou des tromperies ». À l’avenir, les 2,07 milliards d’utilisateurs du réseau social pourraient donc revoir des publicités sur ce sujet. Comme le précise Le Figaro, ces mesures concernent également Instagram et Audience Network, le réseau publicitaire appartenant au groupe.

Facebook

Facebook s’intéresse aux cryptomonnaies

En début d’année, Mark Zuckerberg n’avait pas caché son intérêt pour le chiffrement et les cryptomonnaies. Le PDG de Facebook expliquait vouloir « approfondir le sujet » en étudiant « les aspects positifs et négatifs de ces technologies, et savoir comment les utiliser au mieux dans nos services ». Il avait également précisé que ces technologies présentent « le risque d’être plus difficiles à contrôler ».


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.