LaboFnac

Le FBI utilise FaceID pour déverrouiller l’iPhone X d’un suspect

Le FBI a obligé un suspect, accusé d'être en possession d'images pédopornographique, à déverrouiller son iPhone X avec Face ID. C'est le premier cas connu d'utilisation de la technologie de reconnaissance faciale d'Apple dans une enquête.

Aux États-Unis, la police fédérale ou FBI a forcé un suspect propriétaire d’un iPhone X à le déverrouiller avec la reconnaissance faciale. Dévoilée l’an dernier à l’occasion de la sortie de l’iPhone anniversaire, la fonction Face ID permet de déverrouiller son smartphone ou de valider certaines opérations de sécurité « en un clin d’œil ». Il suffit en effet de regarder son appareil pour que celui-ci reconnaisse le visage de l’utilisateur enregistré et se déverrouille. Ce nouveau système est destiné à remplacer Touch ID, le système de reconnaissance d’empreintes digitales, mais le développement rapide de ces fonctions de déverrouillage avec le corps s’accompagne d’un flou juridique, comme le remarque le site Le Monde.

iPhone Face ID

© Apple

Les agents du FBI ont décidé d’en profiter dans le cadre d’une enquête a révélé le site Forbes le 30 septembre. Le 10 août dernier, la police fédérale américaine a fouillé la maison de Grant Michalski, un homme de 28 ans résidant à Columbus dans l’Ohio et suspecté de pédopornographie. À l’aide d’un mandat de perquisition accordé par le juge, un enquêteur du FBI a demandé au suspect de placer son visage face au smartphone afin de le déverrouiller via Face ID.

Le premier cas connu dans le monde

Le suspect s’est exécuté et cela a permis à l’agent de jeter un œil aux données de l’iPhone X pour les besoins de l’enquête. David Knight, agent spécial du FBI en charge de l’opération, a ainsi pu consulter les conversations du suspect et découvrir que ce dernier utilisait l’application Kik pour discuter d’abus de mineurs. Une réputation sulfureuse accompagne depuis quelques années cette messagerie qui permet aux prédateurs sexuels d’entrer en contact avec des mineurs facilement et d’échanger des fichiers pédopornographiques.

L’agent a également pu mettre la main sur des mails que le suspect échangeait avec une autre personne également accusée. Le FBI a toutefois dû se heurter à un problème de taille, celui de la récupération des données. Si le fait de déverrouiller l’iPhone X via Face ID a permis de trouver des preuves accablantes, l’agent n’a pas pu les extraire, car le mot de passe était inconnu. En effet, il faut entrer un code pour connecter l’iPhone à un nouvel ordinateur et transférer les fichiers et données.

iPhone Face ID

Utilisation de Face ID © Apple

La justice américaine aimerait se passer de l’aide d’un tiers

Le FBI n’a pas pu récupérer l’intégralité des données – et consulter les fichiers et applications supprimés – mais a pu prendre des photos qui serviront de preuves. De plus, l’agent a par la suite appris que la police avait des moyens d’accéder aux données des iPhone verrouillés même s’ils ne connaissent pas le mot de passe. Les deux seules sociétés connues pour fournir de tels services sont Cellebrite et Grayshift.

La première, Cellebrite, avait révélait en début d’année être capable de déchiffrer tous les appareils sous iOS 11. Elle s’était aussi distinguée il y a deux ans lors l’enquête sur la tuerie de San Bernardino. L’affaire avait retenu l’attention après le refus d’Apple de coopérer et de déverrouiller un ancien iPhone par crainte de créer un précédent. Le FBI avait finalement fait appel à la société israélienne pour débloquer l’iPhone, une opération coûteuse estimée entre 900 000 et 1,3 million de dollars. Cette affaire pourrait marquer un nouveau tournant dans la bataille qui oppose la justice et les géants du numérique. Ces derniers n’hésitent pas à renforcer la sécurité de leurs appareils et services en proposant par exemple le chiffrement, tandis que les autorités et organismes d’application de la loi cherchent un moyen d’accéder aux données plus facilement et rapidement.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.