LaboFnac

[MàJ] Fin des frais d’itinérance en Europe : comment ça marche ?

La fin des frais d'itinérance au sein de l'Union européenne, c'est pour aujourd'hui. Cette suppression, pourtant, est assortie de restrictions qu'il vaut mieux connaître afin d'éviter tout hors-forfait. Explications.

[Mise à jour le 21 juin 2017 : Certains opérateurs ont obtenu une dérogation auprès de l’ARCEP en raison de leur statut particulier. Les MVNO (Mobile Virtual Network Operator) s’appuient en effet sur le réseau des opérateurs traditionnels français, auxquels ils versent une redevance. Et c’est bien pour une question de manque à gagner qu’ils indiquent risquer de subir que l’autorité des télécoms leur a accordé un traitement de faveur. Pour le cas d’EI Telecom (NRJ Mobile, Auchan Télécom, CIC Mobile, Crédit Mutuel Mobile et CDiscount Mobile), d’Afone (Réglo Mobile chez E. Leclerc), mais aussi des moins connus Euroditel, ITC Ariane Services, MC Infinity, Scopelec, Thales Communications & Security, Budget Telecom, International Télécommunication Network France et Sybord, mieux vaudra donc vérifier auprès du service client concerné si les frais de roaming seront appliqués en Europe.] 

Évoquée depuis plus de trois ans, la fin des frais d’itinérance – le fameux roaming – est désormais une réalité. Voulue par la Commission européenne et négociée avec les différents opérateurs du Vieux continent, cette décision est effective depuis ce 15 juin, après diverses baisses tarifaires intervenues par paliers l’an dernier. Cette suppression des frais d’itinérance au sein des pays de l’Union européenne signifie-t-elle la possibilité d’utiliser son forfait mobile sans compter ? Pas tout à fait, car derrière cette mesure des plus enthousiasmantes pour les voyageurs réguliers comme occasionnels se cachent des restrictions pas si évidentes.

Europe

Surfer en 4G en Europe, oui, mais pas tout à fait comme en France

Le récapitulatif des changements du jour publié par la Commission européenne commence bien, très bien même : « Vous payez exactement le même prix pour ces services lorsque vous vous déplacez dans l’UE que lorsque vous êtes dans votre pays ». Mais cela ne s’arrête pas là. Car si vous poursuivez votre lecture, vous constaterez que le concept d’utilisation « raisonnable » a tôt fait d’apparaître, appliqué aux données, c’est-à-dire à l’utilisation de la data (3G, 4G). Une manière de satisfaire les opérateurs, qui ont longtemps bataillé auprès des instances européennes pour imposer leurs conditions.

C’est ici que l’arithmétique entre en jeu. Car pour définir ce que l’on peut qualifier d’usage « raisonnable » au-delà duquel vous tomberez dans le hors-forfait, la Commission a mis en place une méthode de calcul qui varie selon que vous êtes abonné à un forfait illimité ou non.

  • Dans le cadre des formules dotées de data illimitée, il faudra passer par un calcul savant basé sur le tarif de l’abonnement et sur le prix de gros (le prix que les opérateurs se facturent entre eux pour chaque Go de data) du Go, fixé pour le moment à 7,70 euros. Vous aurez en effet le droit, en Go, à deux fois le prix de votre forfait divisé par le prix de gros du Go, soit : 2 x (prix du forfait / 7,70 euros). Pour un forfait avec data illimitée coûtant 50 euros mensuels, comptez donc 2 x (50/7,70) = 12,98 Go. Notez bien que cette formule permet de définir un minimum de data accessible depuis l’Europe, et que les opérateurs peuvent tout à fait se montrer plus généreux.
  • Plus communes, les formules avec data limitée voient la quantité de data accessible dans les pays de l’Union calculée « sur la base du prix de détail de votre forfait mobile national ». C’est ici que la communication de chaque opérateur importe, puisque chaque cas sera différent.

Dans quel cas serez-vous facturé hors-forfait ?

La suppression des frais d’itinérance en Europe, partielle, ne permettra pas aux habitants de l’Union de souscrire à un forfait dans un pays voisin s’ils y trouvent des tarifs avantageux. Le concept d’utilisation « raisonnable » implique en effet que sur une période de quatre mois, l’abonné doit avoir passé au moins deux mois dans son pays d’origine et y avoir consommé plus de la moitié de ses données. Dans le cas contraire, gare au hors forfait.

Notez également que ce tarif appliqué à ces communications hors-forfait sera encadré : chaque minute d’appel coûtera 3,2 centimes, chaque SMS sera facturé 1 centime, et le Go de données coûtera 7,70 euros. Tous ces tarifs étant hors-taxes, leur prix réel tenant compte de la TVA sera un peu plus élevé.

Les appels et les SMS

Si la suppression des frais d’itinérance peut sembler complexe, elle l’est surtout dans le cas des connexions en 3G et 4G. Car du côté des SMS et des appels, c’est bien simple : ils seront gratuits, dans la limite du forfait souscrit dans le pays d’origine.

Quelle politique les opérateurs français ont-ils adoptée ?

Les opérateurs français, comme leurs homologues en Europe, ont dû s’adapter à la décision de la Commission européenne. Ils ont pour certains commencé à communiquer avec un peu d’avance sur la date du 15 juin, faisant de leur plus ou moins grande générosité un argument commercial. Dans tous les cas, restez attentifs aux emails et autres SMS explicatifs que vous ne manquerez pas de recevoir cette semaine.

Orange s’est exprimé le premier, simplifiant la tâche à ses abonnés, qu’ils soient client de l’opérateur ou de son offre en ligne, Sosh. Depuis le 18 mai, l’intégralité de ses forfaits (data, SMS, MMS, appels) est utilisable depuis l’Europe, sans quota de data. L’opérateur rappelle, de manière assez vague d’ailleurs, que cette largesse vaut pour une utilisation « non abusive ». À noter également que la suppression des frais d’itinérance en Europe vaut également pour l’outre-mer, pour la Suisse et pour Andorre. Et comme chez ses concurrents, l’Union européenne est élargie à la Norvège et à l’Islande.

Sosh Europe

SFR procède de la même manière depuis le 13 juin, proposant « sous réserve d’une utilisation raisonnable de votre forfait » (c’est-à-dire en consommant la majorité des données en France) l’usage de ses forfaits dans l’Union européenne, appels, SMS, MMS et data inclus. Les DOM sont traités de la même manière dans tous ses forfaits, tandis que la Suisse et Andorre ont droit, avec les abonnements « Power », à 35 jours d’usage sans restriction par an. Pour les formules RED, même combat, si ce n’est que certains forfaits évoluent encore plus favorablement, avec les mêmes usages autorisés depuis les USA et le Canada (le détail ici).

SFR RED Europe

Bouygues Telecom demande un peu plus d’attention. S’il propose bien des communications et usages data depuis l’Union européenne et les DOM depuis le 29 mai, les connexions 3G/4G autorisées ne correspondent qu’à une partie du forfait. En revanche, le forfait Sensation 100 Go gagne les appels et SMS illimité depuis le Canada et les États-Unis, ainsi que 25 Go mensuels à utiliser en Europe, dans les DOM et depuis l’Amérique du Nord.

Quant à Free Mobile, il annonçait hier l’extension du roaming accessible en Europe, dans les DOM, en Israël, au Canada ou encore aux États-Unis à 25 Go mensuels côté data.

Laure Renouard

Laure Renouard

Journaliste - Fonctionne aussi hors connexion


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.