LaboFnac

Fraude et données personnelles : l’arnacoeur

Aux États-Unis, un fait divers a récemment fait les choux gras de la presse - traditionnelle et technologique - pour sa portée "humoristique" et aussi pour les questions qu'il soulève en matière de respect des données personnelles. Explications.

Le 19 septembre dernier, un homme du nom de Ross Compton, résidant en Ohio, s’est aperçu d’un départ d’incendie à son domicile. Rapidement, l’homme a préparé des valises contenant certaines affaires, les a jetés par la fenêtre et les a ensuite portées jusqu’à sa voiture. Jusque-là, le récit n’a rien de surprenant, sauf que Ross Compton a été arrêté par la police et accusé de fraude à l’assurance et d’incendie volontaire.

inspecteur colombo

En fait, la police s’est montrée soupçonneuse à l’égard de Compton en raison de la grave maladie cardiaque dont il est atteint. L’homme ne semblant pas dans la capacité physique d’effectuer les actions décrites, la scène paraissait alors un peu surréaliste. Mais en l’absence de preuves concrètes, il semblait bien difficile de prouver les mensonges du presque sexagénaire. Alors qu’est-ce qui a trahi le présumé pyromane ?

Un mandat peu commun

C’est son pacemaker. Le département de police concerné a eu la bonne idée de demander un mandat de perquisition afin de récupérer les données stockées sur le pacemaker. Avec l’aide d’un cardiologue, les autorités ont ainsi pu analyser des données relevées avant, pendant et après l’incendie, et conclure en défaveur de Compton.

« Il est hautement improbable que monsieur Compton ait été en mesure de collecter, emballer et retirer le nombre d’éléments de la maison, quitter la fenêtre de sa chambre à coucher et transporter de nombreux objets volumineux et lourds à l’avant de sa résidence pendant cette courte période de temps en raison de son état de santé », a indiqué le cardiologue.

Éthique et données personnelles

Alors que l’incendie a causé pour environ 400 000 dollars de dommages, il n’a tout de même pas manqué de soulever quelques questions éthiques. Justement, l’Electronic Frontier Foundation, une organisation non gouvernementale internationale à but non lucratif, a fait connaître son inquiétude concernant le secret des données personnelles.

« Les Américains ne devraient pas avoir à faire un choix entre la santé et la vie privée », a déclaré Stephanie Lacambra, une avocate pénale de l’organisation. « Nous, en tant que société, apprécions notre droit de préserver notre vie privée concernant des renseignements personnels et médicaux, et obliger les citoyens à fournir leurs données de santé érode ces droits ».

Malheureusement, l’association devrait avoir du mal à se faire entendre dans cette affaire, d’autant que des traces d’essence ont été retrouvées sur les chaussures de Ross Compton. Ayant plaidé non coupable, sa prochaine audition devant la justice est attendue pour le 21 février.

Romain Challand

Romain Challand

Journaliste


    Contenus associés

    Comments are closed.

    Partager cet article :

    Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.