LaboFnac

Resident Evil dans la vraie vie : on a testé pour vous Mutations, l’escape game horrifique

Au rayon des expériences peu communes mêlant plusieurs approches, Mutations de Geekololis Xperience se pose là, en jouant avec le théâtre immersif, des mécaniques d'escape game et de la réalité virtuelle histoire de pimenter un peu le tout.

Avec Mutations, le postulat est relativement simple : une équipe de six joueurs se retrouve – littéralement – propulsée dans les habits de spécialistes du sauvetage de données. Notre terrain de jeu du moment (de 4000 m², tout de même) : un complexe désaffecté, soit un tableau standard quand on parle de scénarios aux ficelles dramatiques et zombiesques, n’est-ce pas. Tout cela dans le but de récupérer des données confidentielles pour le compte de la société GXP, des experts en bio-ingénierie, et contrecarrer les frasques d’un scientifique très méchant et son projet « CHIMERE ».

Plutôt qu’une petite balade d’agrément, on comprend assez vite que la mission tourne un poil au vinaigre en voyant – ou entendant – quelques-unes des charmantes monstruosités qui ponctuent notre parcours. En résolvant aussi des énigmes au passage, afin de récupérer des informations sur le contexte de notre mission, ou ce que l’on est amené à rencontrer. Pas forcément tous très intuitifs au début – milieu peu accueillant oblige – les petits casse-têtes n’en sont pas moins logiques pour autant. Ils demanderont même quelques pérégrinations au cours de la progression, si tant est que vous en ayez envie dans des environnements sombres, voire ucarrément malsains par endroits.

geekopolis experience

Car oui, Mutations joue essentiellement sur l’angoisse tout le long de la traversée du complexe, à grands coups de descentes ponctuelles dans des sous-sols mal éclairés à la lumière rouge légèrement diffuse, de gémissements d’habitants lobotomisés et de sursauts savamment orchestrés. Certaines interventions restent tout de même un tantinet prévisibles par endroits pour quiconque s’est déjà adonné à des jeux aux jumpscares prononcés, ou ceux fans de films d’horreur. Mais l’effet est quand même bien là la plupart du temps.

Dans Mutations, il est aussi question de réalité virtuelle. Le concepteur du jeu, Geekololis Xperience, s’est trouvé un partenaire de choix avec Intel. Le fondeur de Santa Clara n’est pas là que pour apposer son logo et offre un véritable soutien technique. Ainsi, pour animer l’ensemble de l’expérience, Intel a fourni des processeurs Core i9 Extreme Edition, de même que les sacs à dos de réalité virtuelle MSI VR One contenant des Core i7. Car plutôt que de continuellement mêler escape game et réalité virtuelle, les deux segments sont plutôt distincts. Pour la partie VR, on se pose durant une phase de l’aventure, HTC Vive sur le nez, sac à dos MSI aux épaules (donc), mais aussi avec un bracelet connecté pour mesurer les émotions du joueur. La dernière pièce du puzzle, l’arme, s’articule autour des controllers du Vive. Elle est imprimée en 3D et modélisée grandeur nature pour un rendu plus réaliste. Elle fonctionne comme un fusil à impulsion dans la phase virtuelle.

Il est essentiellement question de dézinguer des opposants malintentionnés, sachant que les émotions ressenties par le joueur permettent l’utilisation d’une capacité ultime durant la session. Si la transition entre phase réelle et phase virtuelle reste bien sympathique sans tomber comme un cheveu sur la soupe, l’exécution casque sur le nez reste un poil plus brouillonne surtout en raison d’un input lag qui se ressent bien, entre la pression sur la détente et le départ des balles, mais aussi sur le temps qu’il faut pour dérouiller un ennemi malgré un certain nombre d’headshots. Notez que les sessions de jeu pour la presse ont aussi permis à l’équipe en charge des aspects techniques de régler les derniers détails et certains des petits problèmes évoqués ici seront sans aucun doute réglés lorsque l’expérience ouvrira ses portes pour le grand-public. De même, notre ressenti sur la partie VR reste celui de testeurs habitués aux casques de réalité virtuelle et aux jeux vidéo. Il est donc à peu près certains que tous ceux qui ne sont pas familiers avec la VR seront impressionnés. D’autant que – sans vouloir trop vous en dévoiler -, les effets spéciaux réels qui entourent cette séquence virtuelle sont très réussis et favorisent grandement l’immersion. Enfin, à la fin d’une partie, les participants découvriront leurs scores, ainsi que leur niveau de contamination.

De la session d’une bonne heure et demie, on est tout de même ressorti bien agréablement surpris, malgré l’absence relative d’atomes crochus de votre serviteur pour les environnements angoissants ou horrifiques et malgré les améliorations possibles sur le segment VR. Du côté des informations pratiques, Mutations ouvrira dès demain – 28 novembre, jusqu’au 5 novembre prochain, se pratique par groupes de six personnes au tarif individuel de 60 euros.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.