LaboFnac

Le Google Home Mini accusé d’espionnage

Certaines enceintes Home Mini seraient touchées par un bug plutôt gênant. Un incident dont se serait sans doute bien passé Google avant le lancement commercial du produit.

Même pas encore sortie, la version mini du Google Home annoncée par Google en début de mois est déjà accusée d’espionnage. Comment est-ce possible ? Android Police rapporte qu’un modèle leur a été distribué à la sortie de la conférence de presse et qu’il présente un dysfonctionnement logiciel activant l’écoute en continu, alors qu’elle ne devrait s’activer qu’en réponse à la fameuse commande « Ok Google » et s’interrompre une fois la requête de l’utilisateur satisfaite. Et cela ne s’arrête pas là. Nos confrères indiquent aussi que de nombreux enregistrements ont été transférés sur les serveurs de Google sans le moindre avertissement.

Google Home Mini

À la crainte de voir quelqu’un se connecter au Google Home à distance pour surveiller son propriétaire s’ajoute donc celle de voir Google revendre d’éventuels enregistrements. Sans oublier que ses serveurs peuvent aussi être la cible d’attaques, et faire ainsi une seconde porte d’entrée vers l’intimité de chacun. Heureusement, comme indiqué plus tôt, il s’agit bien là d’un dysfonctionnement et la firme a indiqué avoir déjà déployé un correctif, ajoutant au passage que les unités commerciales ne devraient pas être touchées, et que veiller au respect de la vie privée de ses utilisateurs est l’une de ses priorités afin de rassurer les acheteurs avant le lancement officiel.

Le Google Home Mini sera pour rappel disponible à compter du 19 octobre, au prix public conseillé de 59 euros.

Mathieu Freitas

Mathieu Freitas

Journaliste


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.