LaboFnac

Google recommande de ne pas installer ses applications sur les smartphones Huawei

Google s'est exprimé sur la situation du géant chinois Huawei. La firme de Mountain View déconseille aux utilisateurs d'installer ses applications sur les nouveaux smartphones du fabricant, suite aux sanctions américaines.

Le gouvernement américain a placé Huawei sur une liste noire il y a bientôt un an, interdisant à toutes les entreprises américaines de collaborer avec le constructeur chinois. Cette mesure gouvernementale s’applique aussi à Google et empêche Huawei de proposer les services du géant du web sur ses appareils. L’entreprise chinoise se retrouve ainsi privée de nombreuses applications comme le Play Store, Gmail ou YouTube. Depuis le début de cette affaire, Huawei a régulièrement évoqué sa situation pour rassurer les utilisateurs et présenter ses alternatives. La marque a même commercialisé un nouveau smartphone haut de gamme, le Mate 30 Pro, sans les services Google. En revanche, Google s’est montré plus discret à ce sujet même si la firme avait mis Donald Trump en garde contre les risques de priver Huawei d’Android.

Huawei P30

© Fahim Alloul / LaboFnac

Le responsable juridique de Google, Tristan Ostrowski, est revenu sur le sujet via une page de support d’Android. Il rappelle la décision prise par les États-Unis en mai 2019 et son impact sur Google. « Cela signifie [l’action gouvernementale du 16 mai 2019] qu’il est interdit à Google de travailler avec Huawei sur de nouveaux modèles d’appareils ou de fournir des applications Google, notamment Gmail, Maps, YouTube, le Play Store et d’autres, pour préchargement ou téléchargement sur ces appareils », explique-t-il.

Dans cette publication qui vise à répondre aux interrogations des utilisateurs, le responsable juridique de Google confirme que la société californienne continue de collaborer avec Huawei sur les modèles équipés du Play Store et des services Google. « Notre objectif est de protéger la sécurité des utilisateurs de Google sur les millions d’appareils Huawei existants dans le monde. Nous avons continué à travailler avec Huawei, en conformité avec les réglementations gouvernementales, pour fournir des mises à jour de sécurité et des mises à jour des applications et services Google sur les appareils existants, et nous continuerons à le faire tant que cela sera autorisé. Pour être clair : la loi américaine autorise actuellement Google à ne travailler avec Huawei que sur les modèles d’appareils mis à la disposition du public au plus tard le 16 mai 2019 ».

Cette sortie confirme que des modèles tels que le P30 Pro sont toujours pris en charge par la firme américaine. En revanche, les derniers modèles de la marque comme le Mate 30 Pro et le Mate Xs tout juste officialisé, ou encore la série P40 – attendue pour le mois de mars – ne peuvent pas embarquer les services Google. Une absence qui pose question sur l’intérêt de ces appareils sur de nombreux marchés, notamment auprès des utilisateurs français. Outre les applications Google, ces smartphones sont aussi proposés sans des services – américains – comme Facebook, Twitter, Instagram ou Netflix.

Google déconseille d’installer ses applications sur des smartphones « non certifiés »

En attendant un éventuel accord et la progression des Huawei Mobile Services (HMS), de nombreux utilisateurs s’interrogent ou tentent d’installer les services Google sur des smartphones Huawei ou Honor sortis après l’interdiction. Selon Google, cette option est dangereuse car ces modèles sont « non certifiés ». « Afin de protéger la confidentialité des données des utilisateurs, la sécurité et l’expérience globale, la boutique Google Play Store, Google Play Protect et les applications principales Google (y compris Gmail, YouTube, Maps et autres) ne sont disponibles que sur les appareils certifiés Play Protect », explique la société basée à Mountain View. Or, les smartphones Huawei commercialisés après le 16 mai 2019 n’ont pas pu passer cette batterie de tests et sont considérés comme « non certifiés » par Google.

Le fait d’installer par la suite les services de la firme ne permet pas de remplacer ce processus et ces applications « ne fonctionneront pas de manière fiable car nous [Google] ne permettons pas à ces services de fonctionner sur des appareils non certifiés où la sécurité pourrait être compromise ». Cette pratique dite du sideloading – qui consiste à passer par des moyens détournés – présenterait également un « risque » d’installer une application qui a été « modifiée ou altérée de manière à compromettre la sécurité de l’utilisateur ». Les explications de Google interviennent alors que les États-Unis pourraient prendre de nouvelles sanctions contre Huawei. Pour savoir si votre smartphone est certifié, il suffit de se rendre sur l’application Play Store puis dans Menu (trois traits horizontaux) et Paramètres.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.