LaboFnac

Le gouvernement présente des alternatives aux GAFAM

Le secrétaire d’État chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, présente des pistes "de solutions alternatives ou complémentaires aux services proposés par les grandes plateformes". Les fameuses GAFAM, mais plus particulièrement Google et Microsoft, sont pointés du doigt.

Le Secrétariat d’État au Numérique veut alerter sur l’existence de « solutions alternatives ou complémentaires aux services proposés par les grandes plateformes ». Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique, explique qu’« avec l’évolution du numérique, de plus en plus de plateformes offrent des services numériques performants, faciles d’emploi et à un coût nul pour leurs utilisateurs ». Si « certains de ces services sont devenus très populaires et sont largement utilisés par les Français », il « est nécessaire de mesurer les risques qu’implique leur usage (protection des données personnelles, respect du droit national et européen, etc.) ».

Ordinateur

© Creative Commons

Sans être cités, les GAFAM sont pointés du doigt par le secrétaire d’État chargé du Numérique. Si la plupart des géants du web peuvent se retrouver dans ce message, les cas Google ou Microsoft reviennent régulièrement. Le géant de Mountain View multiplie les services gratuits sur la toile et sur mobile. Une puissance qui fascine autant qu’elle inquiète, mais il n’est pas toujours facile d’échapper aux tentacules de ces géants.

Plusieurs raisons peuvent expliquer cela. Il n’y a pas forcément d’alternatives de qualité. La facilité et l’habitude d’utiliser certains outils poussent à ne pas aller voir ailleurs, ou les autres solutions ne sont tout simplement pas connus. Un problème alors que la méfiance a l’égard des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) gagne du terrain chez les utilisateurs. Mounir Mahjoubi a souhaité apporter une réponse en mettant à disposition « plusieurs pistes » qui s’articulent autour de six grandes catégories : naviguer, rechercher et s’identifier, s’organiser, travailler ensemble, partager, se localiser et se déplacer et enfin coder.

Des outils pour éviter les grandes plateformes

Parmi les propositions, il est notamment question de navigateur de recherche avec la présence de Firefox, Brave ou Vivaldi qui peuvent se substituer à Chrome. Du côté des moteurs de recherche, on note la présence du français Qwant et de DuckDuckGo pour remplacer Google. Des solutions pour partager ses documents comme ownCloud ou Framadrive visent à remplacer Dropbox, OneDrive ou iCloud. À noter que cette liste peut être complétée et les internautes sont invités à faire des propositions via le site numerique.gouv.fr. Cette liste pourra être rapprochée de celle de Framasoft qui cherche depuis quelques années déjà à « dégoogliser » Internet. Des outils maison ainsi que des alternatives libres pour remplacer les services les plus connus sont proposés.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.