LaboFnac

HTC U Ultra et U Play : caractéristiques, prix et premier avis

HTC présente sa nouvelle gamme de smartphones, estampillée U. Elle est incarnée par un U Ultra au double-écran et par un U Play aux caractéristiques plus modestes, tandis que tous deux misent sur l'intelligence artificielle pour convaincre. Nous les avons pris en main.

Discret au CES, HTC dévoile aujourd’hui ses derniers-nés. Exit la gamme One, pour l’heure mise de côté, et place à une nouvelle série U incarnée par deux smartphones : les HTC U Ultra et HTC U Play. Deux modèles au sein desquels le Taïwanais compte donner à l’utilisateur – « U » (pour « you ») – une place prépondérante, grâce à l’emploi de l’intelligence artificielle.

Du machine learning pour tous

C’est le point fort des deux nouveautés de HTC. De l’intelligence artificielle à toutes les sauces, donc, pour mieux faciliter la vie de l’utilisateur. L’idée, chez le U Ultra comme chez le U Play, est que les smartphones apprennent des usages de leur propriétaire pour leur fournir les informations adaptées au moment opportun. Cela passe par un gestionnaire de batterie capable de vous rappeler de brancher votre téléphone en fin d’après-midi s’il constate qu’à ce rythme, vous ne tiendrez pas jusqu’à la fin de la soirée qu’il a repérée dans votre agenda, ou encore par une alarme vous proposant de vous réveiller plus tôt qu’à votre habitude si un rendez-vous matinal a là aussi été fixé. HTC promet des petites touches intelligentes de cet ordre un peu partout dans le téléphone, afin de vous simplifier la vie.

Le HTC U Ultra, la phablette dotée d’un double écran

Cette intelligence artificielle, c’est le petit plus qui différencie le HTC U Ultra de deux autres smartphones bien connus des technophiles, les LG V10 et V20. Des modèles caractérisés par l’intégration d’un grand écran surplombé par un deuxième afficheur, plus petit et consacré aux notifications. Celui de HTC, mesurant deux pouces de diagonale, est lui aussi consacré aux notifications, à l’affichage du lecteur musical et autres commandes rapides. À ce détail près que le constructeur promet de faire apparaître, justement grâce au machine learning, les informations correspondant aux intérêts et habitudes de l’utilisateur.

HTC U Ultra

C’est cet écran que l’on retiendra essentiellement du HTC U Ultra, dont le reste de la fiche technique est tout à fait classique dans l’univers du haut de gamme, mais sans course aux record. Au menu, un Snapdragon 821, 4 Go de RAM, 64 Go de stockage, une batterie de 3000 mAh, Android 7.0 Nougat associé à la dernière version de l’interface Sense, et un écran Super LCD 5 de 5,7 pouces surplombé d’un petit écran de 2 pouces. La définition totale du duo, Quad HD, est elle aussi à la hauteur de ce que l’on peut attendre d’un smartphone de cet ordre, et les premières impressions sont franchement bonnes. Notez d’ailleurs que la petite surface du second écran est suffisante pour assurer un affichage confortable. Petit point pratique, il affiche dès la saisie du téléphone l’heure, la date et la météo en noir et blanc, ce qui évite d’activer l’intégralité de la dalle pour consulter ces informations. En revanche, il est à noter qu’avec ce double écran, le U Ultra est particulièrement grand – plus qu’un Huawei Mate 8 dont l’écran atteint pourtant les 6 pouces.

HTC U Ultra

Le HTC U Play, l’option milieu de gamme

HTC U Play

Moins perfectionné que l’Ultra, le HTC U Play a l’avantage de lui préférer un format plus compact. Il embarque ainsi un seul écran Super LCD 3, de 5,2 pouces et à la définition Full HD, sous lequel la puce best-seller de MediaTek, l’Helio P10, prend place. Ce SoC un peu vieillissant est accompagné de 3 Go de mémoire vive, d’une batterie de 2500 mAh et de 32 Go de stockage. Dommage pour lui, il sortira sous Marshmallow (Android 6.0), mais, promet HTC, est éligible à Nougat. Reste à déterminer quand il bénéficiera d’une mise à niveau. Quoi qu’il en soit, la fluidité était au rendez-vous sur les versions encore non finales que nous avons pu prendre en main.

HTC U Play

Une expérience multimédia enrichie

La gamme One M a beau laisser sa place aux U, ses attributs n’en disparaissent pas pour autant. Déjà connu, l’appareil photo UltraPixel de 12 millions de points est situé au dos du HTC U Ultra. Il bénéficie ainsi de gros photosites de 1,55 µm, d’un autofocus laser et à détection de phase et d’un système de stabilisation optique. Le déclenchement semble effectivement rapide, mais les performances de l’UltraPixel, essentiellement vérifiables en conditions de basse luminosité, demandent encore à être confirmées. De son côté, le U Play se contente d’un appareil photo « classique » de 16 mégapixels, avec une optique 28 mm offrant une ouverture de f/2.0.

Petite nouveauté chez le fabricant, le capteur photo frontal des deux HTC U affichent 16 mégapixels au compteur, et proposent des modes Panorama et Auto HDR. Ils se distinguent néanmoins d’un Desire Eye, équipé de la même manière, au niveau logiciel. Car cette année, le constructeur propose un UltraPixel logiciel combinant quatre pixels en un pour offrir l’équivalent de pixels de 2 µm au lieu de 1 µm. De quoi offrir théoriquement des selfies plus lumineux.

HTC U Ultra

Côté son, les haut-parleurs BoomSound, dissimulés en haut et en bas du smartphone, sont toujours de la partie, de même que l’audio Hi-Res du HTC 10. En revanche, HTC prend le risque de faire disparaitre de ses deux smartphones la prise jack, comme Apple et Lenovo l’ont fait avant lui. Les HTC U sont de plus livrés sans adaptateur jack. Il faudra donc acheter cet accessoire en option. Une décision qui risque de faire grincer des dents. Dans le pack, on retrouve en revanche des écouteurs à connectique USB Type-C. Ces intra-auriculaires, de bonne facture, sont associés à un système de calibration audio destiné à simuler l’effet d’un système d’annulation de bruit active.

Ecouteurs HTC U USB Type-C

Place au verre

Le métal était la spécificité de la série One, tandis que HTC fait du verre celle de la gamme U. Le Play comme l’Ultra adoptent ce matériau, protégé de Gorilla Glass 3 chez le premier et de Gorilla Glass 5 chez le second, et misent sur un style « Liquid Surface ». Comprenez que comme le Honor 8, pour ne citer que lui, les deux terminaux arborent un fini brillant, reflètent leur environnement – pour qui apprécie ce style, l’effet est réussi – et, dommage pour eux, font la part belle aux traces de doigts.

On apprécie davantage le fini tout en courbes des deux smartphones, dont le dos comme la façade présentent une effet dit 2,5D, ainsi que leurs tranches métalliques arrondies. Les boutons sont bien placés, le lecteur d’empreintes situé sous l’écran est de la partie chez les deux modèles et, pour aller plus loin, HTC propose un système de déverrouillage vocal. Les smartphones embarquent ainsi une fonction « Listen to U » permettant à ses quatre microphones – utiles pour la spatialisation du son lors du tournage de vidéos – de rester en veille en permanence. Les angoissés de l’espionnage apprécieront…

Prix et disponibilité

HTC n’attendra pas le MWC de Barcelone pour commercialiser son U Ultra, dont la disponibilité est prévue dès le 14 février, au prix de 799 euros. Un tarif élevé que HTC justifie par un design certes soigné et un machine learning très présent, mais qui se heurtera dès le mois de mars à la vague de nouveautés signée Samsung, LG ou encore Sony, présentée d’ici le MWC de Barcelone. Moins onéreux évidemment, mais néanmoins concurrent de terminaux convaincants tels que le Honor 8 ou le OnePlus 3T, le U Play sera pour sa part facturé 449 euros, pour une sortie au début du mois de mars. Côté coloris, comptez sur du noir, du blanc et du bleu dans un premier temps, puis sur des versions rose poudré.

Laure Renouard

Laure Renouard

Journaliste - Fonctionne aussi hors connexion


Contenus associés

Comments are closed.

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.