LaboFnac

Huawei espère pouvoir négocier avec l’administration Biden

Au centre de la rivalité sino-américaine, Huawei se veut rassurant sur sa "survie" et espère une "ouverture" de l'administration Biden. Le patron du géant chinois, Ren Zhengfei, sait toutefois qu'il sera difficile de négocier avec les États-Unis.

Dans le collimateur de l’ex-administration Trump, Huawei traverse une période délicate depuis son placement sur liste noire. Le groupe chinois n’a plus le droit d’acquérir des technologies américaines et ne peut plus utiliser les services Google sur Android. Cette pression américaine a pesé l’an dernier sur le géant chinois et le patron de Huawei espère que l’administration Biden adoptera un ton plus conciliant. « Nous espérons que la nouvelle administration aura [envers Huawei] une politique d’ouverture qui sera bénéfique », a indiqué Ren Zhengfei dans des propos rapportés par l’AFP et Reuters. Fondée en 1987, Huawei Technologies est devenu un mastodonte des télécoms et a longtemps figuré parmi les trois principaux constructeurs de smartphones.

Huawei Logo

© Huawei

La position de Huawei est toutefois menacée depuis son placement sur liste noire par les États-Unis, mais son fondateur reste optimiste sur l’avenir de son entreprise. S’exprimant pour la première fois devant les journalistes depuis un an, Ren Zhengfei assure que sa « confiance dans la capacité de Huawei à survivre s’est accrue ». En difficulté dans la plupart des pays occidentaux, le groupe maintient le cap sur le marché chinois, même si sa situation préoccupe. Une récente étude de Canalys révèle que les ventes de la firme sur son marché se sont effondrées fin 2020 (-44 % sur un an au quatrième trimestre), faisant passer sa part de marché de 38 % à 22 % en un an.

Cette situation est liée aux sanctions américaines et Nicole Peng, analyste chez Canalys, estime qu’il « s’agit probablement de la période la plus difficile pour Huawei, qui ne peut même plus honorer les commandes sur son marché intérieur ». Ce constat a poussé la firme à vendre sa marque Honor en fin d’année. Huawei a par la suite dû démentir vouloir céder ses marques de smartphones P et Mate. Ren Zhengfei est revenu sur cet épisode et confirme que sa société va conserver ses principales marques haut de gamme. « Nous avons décidé de ne pas vendre nos activités destinées au grand public, notre activité smartphone ».

Comment Huawei veut convaincre Joe Biden

Pour convaincre les États-Unis de réduire ou lever les sanctions, Huawei appelle la Maison-Blanche à un changement de cap « mutuellement bénéfique ». « Nous espérons toujours que nous pourrons acheter de grands volumes de matériaux, de composants et d’équipements américains afin que nous puissions tous bénéficier de la croissance de la Chine », assure Ren Zhengfei. Il estime qu’il en va de l’intérêt de l’industrie américaine des puces de continuer à collaborer avec Huawei. Ce dernier reste toutefois conscient que la situation demeure compliquée et qu’il sera « extrêmement difficile » pour Huawei de sortir de l’entity list américaine. Gina Raimondo, la secrétaire d’État au Commerce de Joe Biden, a récemment confié qu’elle ne voyait « aucune raison » de lever les sanctions prises contre le géant chinois.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.