LaboFnac

Le Huawei Mate 10 Pro est officiel et nous l’avons déjà pris en main (premières impressions)

C’est dans le cadre d’une conférence de presse à Munich, en Allemagne, que Huawei a levé le voile sur son prochain smartphone phare, le Mate 10 Pro. Nous étions présents sur place pour le prendre en main. Voici nos premières impressions sur ce modèle très ambitieux.

Alors que le Mate 7 est sorti dans un certain anonymat en 2014, son lointain successeur le Mate 10 Pro est nettement plus attendu. Il faut dire que la gamme a parfaitement su monter en puissance au fil des ans. À tel point d’ailleurs que beaucoup d’observateurs estiment qu’elle est aujourd’hui en mesure de lutter avec les modèles très haut de gamme de fin d’année. Et en cette fin 2017, la concurrence est rude. Fraîchement annoncé, le Huawei Mate 10 Pro vient en effet marcher sur les plates-bandes de l’iPhone 8 Plus, du Samsung Galaxy Note 8, du LG V30, voire même de l’iPhone X. Nous allons nous attarder ici sur le Mate 10 Pro dans la mesure où le second modèle – le Mate 10 donc – ne sera pas commercialisé en France, au moins dans un premier temps. Nous ne perdons pas au change, car le Pro est clairement le plus innovant des deux.
Prise en main Huawei Mate 10 Pro

Des caractéristiques haut de gamme

Il propose en effet un grand écran AMOLED de 6″, bien dans l’air du temps grâce à son format 18:9, pour une définition équivalente au Full HD (2160 x 1080 pixels). La partie photo est toujours aussi soignée, avec de nouveau la présence d’un double module photo développé en partenariat avec Leica, et qui arbore d’ailleurs la précieuse certification Summilux. Ce double module comporte deux capteurs de 12 Mpx (RGB) et 20 Mpx (monochrome), une ouverture à f/1,6, une stabilisation optique et un focus hybride 4 en 1 (détection de phase, laser, etc.).

Mais la grande nouveauté du Mate 10 Pro est à aller chercher dans sa puce mobile (chipset) Kirin 970. En marge des évolutions attendues pour ce type de composant, on trouve également une véritable innovation, le NPU, pour « Neural Processing Unit ». Sous ce terme se cache une puce dédiée à l’intelligence artificielle. Elle promet d’améliorer de manière radicale toutes les fonctions qui font appel à de l’IA. À commencer par la reconnaissance d’images ou la traduction linguistique instantanée, par exemple. Pour le reste, le Mate 10 Pro affiche des caractéristiques de haut vol, avec 6 Go de mémoire vive (RAM), 128 Go de stockage, de l’audio Hi-Rez et une batterie de 4000 mAh. On remarque que la mémoire interne est conséquente, ce qui est bien vu dans la mesure où le smartphone ne propose pas de lecteur de carte mémoire microSD.

Huawei promet deux jours d’utilisation en usage normal et sa technologie Huawei SuperCharge restaure 57 % de charge en 30 minutes. Le Mate 10 Pro est également le premier smartphone à embarquer un modem LTE cat 18, capable des débits théoriques descendants de 1,2 Gbps. Pour y parvenir, il combine quatre antennes capables d’agréger cinq porteuses. On apprécie aussi le fait que les deux emplacements de carte SIM soient compatibles avec la 4G.

Prise en main Huawei Mate 10 Pro

EMUI 8.0.

Une fois le smartphone allumé, c’est Android 8.0 Oreo qui accueille l’utilisateur. Le fabricant a comme toujours plaqué sa propre interface utilisateur par dessus. Il s’agit de EMUI 8.0. De prime abord, elle ne semble pas changer grand-chose par rapport à la précédente version de l’interface. Mais en creusant un peu, on s’aperçoit qu’elle renferme tout de même plusieurs nouvelles fonctionnalités intéressantes. La plus novatrice est sans aucun doute « Projection ». Cette fonction ressemble à celle proposée par Samsung avec son dock DeX. Concrètement, il suffit de brancher le smartphone en HDMI sur un écran externe pour qu’il adopte sur cet écran une interface d’ordinateur de bureau. Le Mate 10 Pro reste de plus utilisable indépendamment. L’avantage par rapport à la solution de Samsung est qu’ici, il n’y a pas besoin de dock. Un simple adaptateur USB-C vers HDMI suffit. Mieux, si vous n’avez pas de clavier et de souris sous la main, l’écran du smartphone se transforme en trackpad d’appoint, qui permet d’interagir avec l’interface en mode PC.

Pour le reste, parmi les autres améliorations, on peut citer Easy Talk, une fonction qui permet au système de reconstruire une voix chuchotée pour la reproduire normalement au correspondant. Quant à la Smart Split-Screen, elle laisse la possibilité de gérer les réponses aux notifications tout en gardant dans une partie de l’écran ce que vous étiez en train de faire auparavant . De son côté, le Floating Dock est un point à l’écran qui permet de reproduire les actions de la barre du bas de l’écran.

Prise en main Huawei Mate 10 Pro

IA locale

Au-delà de ces fonctionnalités, le plus intéressant sur le papier reste la nouvelle puce NPU (Neural Processing Unit) évoquée plus haut. Sa promesse est de permettre au smartphone de « percevoir » son environnement et de le comprendre. Il est bon de noter que cette intelligence artificielle se trouve cette fois dans le smartphone en lui-même, et pas dans le cloud. Microsoft Translate est l’une des premières applications qui utilisent cette spécificité du Kirin 970. Elle promet de traduire en temps réel une soixantaine de langues. La rapidité de ce service aurait été améliorée de 300 % grâce au NPU. Parmi les autres usages qui devraient être bonifiés par cette puce, on peut aussi citer la réalité augmentée.

La prise en main

Évidemment, la première chose que l’on remarque lorsqu’on se saisit du smartphone pour la première fois, c’est son nouvel écran au format 18:9. Ledit afficheur occupe une très grande part de la face avant, puisque son taux d’occupation dépasse même légèrement les 80 %. Forcément, après les LG G6, Samsung Galaxy S8 et autre iPhone X, l’effet de nouveauté commence un peu à s’estomper. Mais l’ensemble n’en reste pas moins impressionnant. D’autant que Huawei a opté pour une dalle AMOLED de 6″, à une définition équivalente au Full HD (2160 x 1080p). Si nous devons attendre que cet écran soit passé sous les sondes de notre Labo pour émettre un avis définitif sur ses performances, son rendu nous semble néanmoins très correct de prime abord, notamment du côté des contrastes, de la luminosité, ou encore de la colorimétrie. Signalons aussi que cette dalle est compatible avec le HDR 10.

Prise en main Huawei Mate 10 Pro

Un tel afficheur implique encore moins de possibilités de personnaliser le design de la face avant. De fait, elle ressemble beaucoup à celle des autres smartphones proposant le format 18:9. En revanche, Huawei a tout de même réussi à donner une identité forte à l’arrière du téléphone. La bande qui traverse le dos de l’appareil au niveau des blocs optiques permet de différencier immédiatement le Mate 10 Pro. Et de jolie manière qui plus est. Il s’agit d’ailleurs d’une signature de design pour la gamme. À noter : Huawei abandonne pour la première fois le métal pour un revêtement en verre au dos. L’ensemble gagne même une résistance à l’eau et la poussière, en se montrant compatible avec la norme IP67. Il perd en revanche la prise jack que ses prédécesseurs avaient conservée, dans le sillage des modèles d’Apple.

Huawei Mate 10 Pro

18:9 oblige, le smartphone se montre remarquablement compact au regard de la taille de son afficheur. Il propose en effet un écran de 6″ dans un encombrement de 5,5″. Malgré cela, l’utilisation à une seule main reste compliquée, mais pas impossible grâce à une astuce logicielle de Huawei qui permet de rétrécir l’affichage en un mouvement. La préhension s’avère donc très bonne dans l’ensemble. D’autant que le lecteur d’empreintes digitales ne pose pas de problème non plus. Il tombe parfaitement sous le doigt lorsque l’on se saisit du téléphone. Son emplacement ne ravira toujours pas ceux qui préfèrent avoir un tel lecteur sous l’écran à l’avant. Néanmoins, il est appréciable de constater que Huawei ne commet pas la même erreur ergonomique que Samsung sur ses S8 et Note 8.

Prise en main Huawei Mate 10 Pro

Depuis que Huawei a introduit son partenariat avec Leica à l’occasion du lancement du P9 en 2016, la fonction photo des smartphones haut de gamme du fabricant a pris une autre dimension. D’autant plus que les Mate 9 et P10 se sont montrés très convaincants sur cette thématique, aussi bien en noir et blanc qu’en couleur d’ailleurs. Sur le papier, la configuration optique du Mate 10 Pro est très proche de celle du Mate 9, avec un double module photo arborant un capteur RGB de 12 Mpx et autre monochrome de 20 Mpx. L’ouverture de f/1,6 progresse de son côté. On trouve aussi 4 focus hybrides (laser, profondeur, contraste, détection de phase), ainsi qu’une stabilisation optique sur le capteur couleur.

Prise en main Huawei Mate 10 Pro

Huawei promet en outre des améliorations pour les photos en basse luminosité. Mais nous n’avons pas « joué » assez longtemps avec l’appareil pour nous en rendre compte. Nous avons pu en revanche constater que le mode monochrome (noir et blanc) semblait toujours aussi efficace. Le fabricant affirme que l’intelligence artificielle du NPU est aussi utilisée pour la photographique. Là encore, il faudra voir ce que cela donne lors du test complet. Néanmoins, la reconnaissance presque instantanée de la scène par le module photo fonctionne d’ores et déjà très bien.

Prise en main Huawei Mate 10 Pro

En conclusion

Au final, notre première rencontre avec ce Mate 10 Pro s’est avérée très positive. Huawei n’a certes pas la primeur des écrans 18:9, mais il s’agit là désormais d’un passage quasi obligé. Et de ce que nous avons pu en voir, la transition semble réussie. D’autant qu’un tel écran 18:9 n’est pas qu’une simple mode et apporte quelques bénéfices tangibles, au premier rang desquels un affichage plus grand dans un gabarit qui ne change pas. Pour se démarquer de la cohorte de haut de gamme actuelle, le 10 Pro peut compter sur son double module photo Leica, qui sera un atout maître s’il se montre ne serait-ce qu’aussi réussi que sur les Mate 9 et P10. Enfin, l’intelligence artificielle rendue possible grâce à la nouvelle puce NPU reste la grande inconnue. Nous n’avons pas vraiment pu la voir à l’œuvre pour l’instant. Mais si Huawei tient les nombreuses promesses faites autour de cette puce, elle représentera certainement elle aussi un facteur de différenciation important par rapport à la concurrence.

Le Mate 10 Pro sera commercialisé en France au prix de 799 euros à partir du début novembre, en version 6 Go / 128 Go. Rappelons également que, comme évoqué en préambule, seul ce modèle sera vendu en Europe, dans trois coloris : bleu (Midnight Blue), gris (Titanium Grey) et marron (Mocha Brown). Le Mate 10 (tout court) ne sortira donc pas en France. En tout cas pas dans l’immédiat.

Sofian Nouira

Sofian Nouira

Rédacteur en chef


Contenus associés

  • Stéphane Hoffele

    Petite erreur , il n’y a pas d’extension possibible par micro SD

  • Bonjour, merci pour votre retour, c’est corrigé 🙂

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.