LaboFnac

Huawei nie avoir été soutenu financièrement par le gouvernement chinois

Le Wall Street Journal assure que Huawei a reçu plusieurs milliards de dollars d'aide du gouvernement chinois. La firme fondée par Ren Zhengfei dément et dénonce une nouvelle tentative de lui nuire.

Le cas Huawei continue de diviser et cristallise les tensions entre les États-Unis et la Chine. Alors que la présence de Huawei dans le déploiement de la 5G fait toujours débat en Europe, la firme chinoise est toujours dans le viseur de Washington malgré le nouveau sursis accordé par Donald Trump. Le Wall Street Journal a remis de l’huile sur le feu en annonçant que Huawei aurait pu bénéficier d’une aide financière importante de la part du gouvernement chinois. L’article, repris par plusieurs médias américains comme Engadget, indique que les autorités chinoises ont pu accorder à Huawei une aide financière pouvant atteindre 75 milliards de dollars.

Huawei logo

© Huawei

Les deux articles du quotidien new-yorkais remettent en cause la success-story de l’entreprise fondée en 1987 par Ren Zhengfei. Selon le WSJ, Huawei a reçu 46 milliards de dollars sous forme de prêts à taux avantageux ainsi que 1,6 milliard de dollars en subventions. La firme aurait également pu économiser jusqu’à 25 milliards de dollars en impôts entre 2008 et 2018 grâce à des mesures incitatives destinées aux entreprises technologiques chinoises et 2 milliards de dollars sur l’achat de terrains.

Huawei n’aurait pas seulement profité de la politique du gouvernement chinois. Ce dernier aurait également aidé l’entreprise à conclure une affaire au Pakistan en accordant un prêt de 124,7 millions de dollars sans taux d’intérêt aux autorités pakistanaises, via la banque Bank of China. En échange de quoi le gouvernement pakistanais aurait renoncé à son habituel processus d’appel d’offres pour attribuer le contrat à Huawei, permettant à la firme chinoise d’installer ses équipements de surveillance à Islamabad, la capitale pakistanaise.

Huawei se défend d’avoir bénéficié d’un traitement de faveur

Face à ces accusations, Huawei n’a pas tardé à réagir en publiant une vidéo et un long communiqué sur les réseaux sociaux. « Encore une fois, le @WSJ [Wall Street Journal] a publié des contre-vérités sur Huawei basées sur de fausses informations. Cette fois-ci, les accusations sauvages sur les finances de Huawei ignorent nos 30 années d’investissements dédiés à la R&D qui ont été le moteur de l’innovation et de l’industrie technologique dans son ensemble », écrit la firme sur son compte Twitter.


La marque ajoute : « Huawei n’accepte pas les campagnes de diffamation basées sur de fausses informations. Concernant les mensonges publiés sur la situation financière de Huawei et ses relations avec le gouvernement, nous vous apportons les faits afin que vous puissiez vous faire une idée éclairée de la vérité ». La société en profite pour rappeler qu’elle est indépendante et n’est pas liée au gouvernement chinois. « Nous n’avons jamais reçu de traitement spécial. Au cours des 10 dernières années, 90 % de notre fonds de roulement provenait de nos activités commerciales », ajoute Huawei.

De son côté, le Wall Street Journal rappelle dans ses articles que les aides accordées aux grandes entreprises nationales ne sont pas illégales. La presse américaine évoque ainsi le cas de Boeing qui a pu bénéficier du soutien du gouvernement américain.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.