LaboFnac

Huawei ne peut plus préinstaller les applications de Facebook sur ses smartphones

Après Google, Facebook prend ses distances avec Huawei. Le géant des réseaux sociaux n'autorise plus le constructeur chinois à préinstaller ses applications sur ses smartphones. Les applications WhatsApp et Instagram sont notamment concernées.

Les défections et les mauvaises nouvelles se multiplient pour Huawei. Si le géant chinois avait enregistré deux bonnes nouvelles la semaine dernière, les États-Unis ont une nouvelle fois mis en garde les pays qui souhaiteraient coopérer avec Huawei sur la 5G. Placé sur liste noire, le fabricant voit depuis quelques semaines les entreprises américaines prendre leurs distances. L’agence Reuters annonce que Facebook a décidé de rejoindre cette longue liste en n’autorisant plus Huawei à préinstaller ses applications sur ses smartphones. C’est un nouveau coup dur pour l’entreprise chinoise qui tente de maintenir le cap dans la tempête.

Huawei P30

© Fahim Alloul / LaboFnac

La décision du roi des réseaux sociaux concerne aussi bien son application Facebook que Messenger, Instagram ou WhatsApp. Ces dernières sont utilisées chaque mois par plus de 2,6 milliards de personnes et ne seront plus préinstallées sur les nouveaux smartphones de Huawei. Cette interdiction s’applique non seulement aux futurs modèles de la marque, mais aussi à ceux qui n’ont pas encore quitté les usines. Facebook se montre plus strict que Google qui a permis au fabricant de conserver ses services, au moins jusqu’au 19 août, date à laquelle le sursis accordé par les États-Unis prendra fin.

Facebook va plus loin que Google

En revanche, les utilisateurs qui disposent d’un smartphone Huawei peuvent toujours utiliser les applications préinstallées de Facebook et recevront les mises à jour. Concernant les futurs acheteurs de smartphones Huawei sous Android, ils pourront passer par le Play Store pour télécharger les applications éditées par le géant américain. La décision de Facebook n’a donc pas le même impact que celle de Google ou ARM, mais c’est un nouveau coup dur pour la marque et son image. Pour l’heure, les appareils du fabricant chinois devraient continuer à embarquer des applications comme Twitter ou Booking.com, mais ces deux sociétés n’ont pas souhaité répondre aux questions de Reuters. Dans le cas où Huawei lancerait son alternative à Android (Ark OS), il semble désormais peu probable que Facebook y propose ses applications.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.