LaboFnac

IFA 2017 – Alcatel Idol 5, le retour d’une gamme emblématique (prise en main)

La gamme Idol d'Alcatel signe son retour avec un modèle baptisé Idol 5. Positionné en milieu de gamme, il vise à satisfaire tant avec sa couche logicielle soignée que son design travaillé. Est-ce suffisant pour convaincre ?

Après le succès des Idol 3, Alcatel semble avoir eu du mal à réitérer leur succès avec les Idol 4 et 4s. Il faut dire que le fabricant avait tenté une montée en gamme avec ces deux derniers modèles. Avec une réussite sans doute mitigée. Du coup, l’Idol 5 présenté dans le cadre de l’IFA de Berlin est un retour aux sources pour le fabricant. Le nouveau venu combine en effet ce qui avait fait le succès des Idol 3, à savoir un design travaillé, des caractéristiques correctes et un prix très abordable.

Alcatel Idol 5

Un point d’abord sur la fiche technique du mobile. L’Idol 5, pas trop grand, propose un écran de 5,2 pouces, soit un format très en vogue chez les terminaux haut de gamme du moment. Sa dalle IPS affiche une définition Full HD. Le smartphone est animé par un SoC MediaTek MT6753 couplé à 3 Go de RAM, dispose de 16 Go de stockage (+ microSD), d’un appareil photo dorsal de 13 mégapixels et d’une batterie de 2800 mAh.

Alcatel Idol 5

Les premières impressions sont résolument bonnes, l’Idol 5 s’offrant un design tout en rondeurs rappelant l’Idol 3, avec un dos en métal abritant un capteur d’empreintes tombant parfaitement sous l’index, ainsi que des tranches adoucies. Le tout est complété par un écran recouvert d’une vitre 2,5D confortable en main, et plutôt flatteur pour l’œil. Sur un smartphone positionné parmi les modèles de milieu de gamme les moins onéreux, on ne s’attend pas à une fidélité colorimétrique irréprochable, mais il faut avouer que l’affichage apparait agréable de prime abord. Mais il faudra bien sûr que cet afficheur passe par les fourches caudines de notre Labo pour émettre un avis définitif à son sujet. Cette remarque est d’ailleurs valable pour tous les aspects techniques évoqués dans cette prise en main.

Difficile de se prononcer sur les performances réelles du téléphone, même s’il faut constater que le MT6753 date d’il y a près de deux ans. Il faisait toutefois face à un Snapdragon 615 efficace. Reste à vérifier le comportement de l’Idol 5 lorsqu’il est fortement sollicité, ce que nous n’avons pas pu faire lors de nos essais. La navigation était, comme il se doit, tout à fait fluide. Quant à l’autonomie du terminal, elle devrait se situer dans la moyenne, les 2800 mAh de la batterie étant loin des records du genre, sans être ridicule du tout. Dans la moyenne également, les performances photo du smartphone, avec son module dorsal doté d’un capteur de 13 mégapixels et son appareil frontal de 5 millions de points, bardé d’un flash. C’est d’autant plus frustrant que l’Idol 5S, officialisé lui aussi à l’IFA, mais qui ne sera pas commercialisé en France, présente un capteur « big pixel » de 12 millions de points promettant de meilleures performances en basse luminosité.

Alcatel Idol 5

Une nouvelle interface réservée à l’Idol 5

On apprécie en revanche les efforts fournis par la marque dans le domaine du logiciel. Quand ses autres modèles disposent de l’interface presque Stock d’Android, l’Idol 5 opte pour une interface qui lui est pour l’instant réservée, Joy UI, basée sur Android Nougat. Plutôt classique dans l’ensemble, elle propose un tiroir d’applications amovible, un peu comme la dernière mouture d’Emotion UI chez Huawei, mais aussi une option « App Cloner » bienvenue. Cette dernière permet de dupliquer les applications de réseaux sociaux et autres messageries (Facebook, Instagram, Snapchat, Facebook Messenger ou WhatsApp) afin de simplifier la vie des propriétaires de plusieurs comptes. Une idée notamment appréciable pour les détenteurs de deux SIM qui souhaitent associer un compte WhatsApp à chacune sur un même smartphone. À celle-ci s’ajoute un bouton flottant Now Key renvoyant vers des applications à paramétrer, là aussi un choix pratique pour l’utilisateur.

Même si l’on doute que cet Idol 5 produise des miracles en matière de photographie, que l’on regrette quelques absences (pas de NFC, pas d’USB Type-C…), force est de constater qu’Alcatel a ici soigné sa copie. Son smartphone propose un design réussi, associé à quelques bonnes idées logicielles, mais devra prouver sa valeur sur les terrains critiques que sont l’autonomie et le multimédia pour séduire. Facturé au prix public conseillé de 239 euros et attendu pour début octobre, il devra faire face à une concurrence féroce sur ce segment tarifaire.

Laure Renouard

Laure Renouard

Journaliste - Fonctionne aussi hors connexion


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.