LaboFnac

Intelligence artificielle : Macron dévoile un plan à 1,5 milliard d’euros

Comme attendu, Emmanuel Macron a dévoilé jeudi sa stratégie pour faire de la France un champion de l’IA. L'État consacrera 1,5 milliard d'euros à l'intelligence artificielle d'ici la fin du quinquennat.

Emmanuel Macron a fait de l’IA l’une de ses priorités. Et pour que la France « ne rate pas le train de l’intelligence artificielle », le président a présenté sa stratégie et un plan ambitieux. Le chef de l’État entend faire de l’Hexagone l’une des leaders de ce domaine stratégique, note Reuters. Pour y parvenir, la France va consacrer 1,5 milliard d’euros à l’intelligence artificielle d’ici 2022. Emmanuel Macron explique qu’« il ne faut ni avoir peur ni être naïf » face à cette nouvelle technologie en passe de révolutionner l’économie et la société, indique l’AFP.

Emmanuel Macron

© La stratégie française sur l’Intelligence Artificielle / YouTube (AI for Humanity)

Faire de la France un pays leader de l’IA

“Je souhaite que la France soit l’un des leaders de cette intelligence artificielle, que l’Europe soit l’un des leaders, nous en avons les moyens et nous allons en créer les conditions”, a-t-il affirmé dans son discours au Collège de France. Pour le chef de l’État, « il n’y a aucune chance de prétendre en contrôler les effets ou avoir son mot à dire sur tel effet pervers si on a raté la bataille du début. Donc je ferai tout pour que nous réussissions, que nous soyons dans l’excellence de la formation de la recherche et l’excellence économique et industrielle ». Les mesures annoncées par Emmanuel Macron s’inspirent notamment du rapport sur l’IA remis quelques heures auparavant par le mathématicien et député LREM Cédric Villani. Ce dernier, que le site américain The Verge qualifie de « Lady Gaga des mathématiques », a piloté plus de 300 auditions auprès d’experts du monde entier depuis septembre. Toujours selon l’AFP, il s’est exprimé avant le chef de l’État et a appelé au « réveil de la France et de l’Europe » dans l’IA. « La France ne pourra tenir son rang sans le soutien de l’Europe », a-t-il ajouté.

Pour Emmanuel Macron, « nous avons des atouts pour réussir dans l’intelligence artificielle », car « nous avons des talents » grâce à « l’excellence de la formation en mathématiques et informatique ». Toutefois, les investissements de la France restent très en deçà de ceux des États-Unis ou de la Chine. Ce dernier veut devenir le numéro un mondial d’ici dix ans. Le pays président par Xi Jinping a annoncé en 2017 un plan d’investissement public de 22 milliards de dollars d’ici 2020. Les deux superpuissances dominent actuellement ce secteur. De son côté, la France peut se targuer d’être le deuxième pays le plus récompensé par la médaille Fields, considérée comme le prix Nobel pour les mathématiques après les États-Unis. L’agence Reuters rapporte que la France est reconnue pour la qualité de sa recherche, mais peine à endiguer la fuite de ses spécialistes auxquels les grands groupes américains déroulent depuis plusieurs années le tapis rouge.

Les priorités : la santé, les véhicules autonomes et éviter la fuite des cerveaux

Le chef de l’État veut inverser la tendance et son plan comprend un « programme national » pour l’IA. Il est également question d’attirer les meilleurs chercheurs mondiaux. On notera cependant que l’une des propositions-chocs du rapport de Cédric Villani – qui préconisait de doubler les rémunérations des chercheurs débutants afin d’endiguer la fuite des cerveaux – n’a pas été retenue. Parmi les secteurs prioritaires, le président a cité la santé, où la France « possède un avantage comparatif significatif » grâce au fait que « la base de données de l’assurance-maladie ou encore celle des hôpitaux comptent parmi les plus larges du monde ». Il est aussi question des voitures autonomes. Emmanuel Macron a précisé que la France se doterait dès 2019 du cadre législatif qui permettra d’expérimenter sur les routes les véhicules autonomes de niveau 4 (autonomie quasi totale).

Par ailleurs, le président veut miser sur l’ouverture des données et annonce : « Nous allons procéder à une ouverture proactive de nos données publiques ». Cela passera par la création d’un Health Data Hub, qui inclura à terme l’ensemble des données remboursées par l’assurance-maladie, les données cliniques des hôpitaux et des données scientifiques. Sans la citer, le chef de l’État a fait référence à l’affaire Cambridge Analytica lors de son discours, expliquant : « Un des défis de l’IA est de ne pas confondre l’usage des données agrégées et les données personnelles ». Emmanuel Macron souhaite également la création d’un « GIEC de l’IA », chargé de travailler sur les questions d’éthique soulevées par les systèmes d’IA.

À noter qu’une première enveloppe de 100 millions d’euros sera débloquée dans les prochains mois pour l’amorçage et la croissance des start-ups en intelligence artificielle.

« Choose France » la réponse de la France à Trump et au Brexit

Selon l’Élysée, la France profite du Brexit et d’un « effet Trump ». La présidence avait organisé en janvier un sommet à Versailles appelé « Choose France », dans le but de convaincre de grands groupes d’investir en France. Les premières annonces n’ont pas tardé avec Google et Facebook puis Microsoft. Cette semaine, Samsung et Fujitsu ont annoncé la création de centres de recherche sur l’IA en France. DeepMind, la filiale de Google, a également annoncé l’ouverture d’un laboratoire en septembre prochain.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.