LaboFnac

JO 2018 : une cyberattaque a perturbé la cérémonie d’ouverture

Les organisateurs des Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang ont confirmé qu'une cyberattaque avait eu lieu lors de la cérémonie d'ouverture. S'ils ne souhaitent pas divulguer l’origine de l’attaque, les officiels assurent que la situation est désormais sous contrôle.

Les Jeux olympiques d’hiver 2018 ont débuté vendredi avec l’impressionnante performance d’Intel, 1 200 drones ont illuminé le ciel de Pyeongchang, mais les organisateurs étaient préoccupés par un autre événement. Une cyberattaque a en effet perturbé le début de la cérémonie d’ouverture, rendant inaccessibles le Wi-Fi et le réseau Internet de l’enceinte olympique, ainsi que le site officiel des JO.

Les JO, une cible de choix pour les hackers ?

L’information a été confirmée à l’agence Reuters par le porte-parole de Pyeongchang 2018, Sung Baik : « Il y a eu une cyberattaque, le serveur a été mis à jour (dimanche), et nous connaissons la cause du problème. On sait ce qui s’est passé, c’est une chose habituelle pendant les Jeux olympiques. Nous n’allons pas révéler la source ». En accord avec le CIO, les organisateurs ont en effet décidé de ne pas donner plus de détails. Le directeur de la communication du CIO, Mark Adams, a simplement précisé que « maintenir la sécurité de nos opérations est notre objectif ». « Nous n’allons pas faire de commentaire sur cet événement. C’est un problème que nous traitons. Nous nous assurons que nos systèmes sont sécurisés et ils le sont », a-t-il ajouté. Pour Nancy Park, porte-parole du comité d’organisation des JO de Pyeongchang et citée par Le Figaro, cette cyberattaque n’a touché que les systèmes « non essentiels ». La sécurité des athlètes et des spectateurs n’a pas été affectée et les compétitions ont pu se poursuivre comme cela avait été prévu.

Si le CIO ne souhaite pas donner des détails, l’agence Reuters rapporte que les regards sont tournés vers la Russie. Le pays est officiellement exclu des JO, même si de nombreux sportifs russes sont présents sous la bannière olympique, et des rumeurs évoquent déjà une attaque provenant de Moscou, en représailles aux sanctions infligées à la Russie. Le ministre des Affaires étrangères russe a déjà réagi et nié toute implication : « nous savons que les médias occidentaux envisagent de mener des pseudo-enquêtes sur le thème des « empreintes russes » dans le piratage informatique des ressources d’information liées à l’organisation des Jeux olympiques d’hiver en République de Corée. Bien sûr, aucune preuve ne sera présentée au monde ». Pour assurer une sécurité maximale, les autorités sud-coréennes n’ont pas lésiné sur les moyens. Des drones intercepteurs, un avion équipé d’un système de reconnaissance faciale et des véhicules de recherche à rayons X ont notamment été déployés.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.