LaboFnac

Les ondes de smartphones, pas dangereuses pour les humains ?

Une nouvelle étude concernant les effets des ondes des smartphones a été publiée. Les résultats n'ont pas permis de démontrer que ces ondes étaient nocives pour la santé des humains.

Smartphone

La question concernant les ondes émises par les smartphones et autres téléphones portables fait rage depuis de nombreuses années. Les résultats diffèrent d’une étude à l’autre, mais il n’a pas encore été possible de prouver que les ondes de smartphones étaient nocives pour la santé et pouvaient augmenter les risques de cancers. Pourtant, une étude a semé le trouble en 2016 en dévoilant un lien entre ondes de téléphone et cancer chez les rats. Les résultats avaient démontré une faible augmentation, chez les rats mâles, de deux types de tumeurs (au cerveau et au cœur). Les rates et les souris (mâles et femelles) n’étaient pour leur part pas concernées par cette augmentation.

Des résultats inquiétants pour cette enquête menée par le NTP (National Toxicology Program ou programme national de toxicologie), un programme de recherche fédéral américain, mais qui demandaient confirmation. Il n’en fallait toutefois pas plus pour que la toile s’empare du sujet. L’on en sait aujourd’hui un peu plus.

Les ondes des téléphones portables sont-elles dangereuses ?

En effet, suite à ces premières révélations et afin d’en savoir plus, l’agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA pour Food and Drug Administration) a demandé au NTP d’approfondir son enquête et a décidé de lui en donner des moyens, plus de 20 millions d’euros. Comme le mentionne le site The Verge, les rats ont été entièrement exposés 9 heures par jour, pendant deux ans de leur naissance à l’âge adulte. À noter qu’un rat de 2 ans est à peu près l’équivalent d’une personne de 70 ans. Pour cette étude, seules les fréquences 2G et 3G ont été utilisées.

Pour John Bucher, scientifique du NTP, ces conditions ne reflètent pas ce que les gens vivent dans la réalité, car l’exposition était beaucoup plus forte. Ces résultats « ne devraient pas être directement extrapolés à l’utilisation du téléphone cellulaire humain » poursuit-il. Dans ces conditions, l’étude confirme que certains rats mâles ont développé des tumeurs au niveau du cœur tandis que les femelles ont été épargnées. De plus, il n’a pas été possible de démontrer si l’apparition de ces tumeurs était clairement liée aux radiations. Fait surprenant, les rats et souris mâles exposés à ces doses importantes ont vécu plus longtemps que les autres mâles qui n’étaient pas exposés aux radiations.

À l’heure actuelle, le lien entre ondes et cancer n’a pas été démontré, mais de nouvelles études sont déjà en cours.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.