LaboFnac

LG contraint de dédommager les victimes de « bootloops » aux États-Unis

LG vient d’être rattrapé par les problèmes de « bootloop » impactant certains de ses smartphones sortis avant 2017. Des dédommagements sont prévus… aux États-Unis.

Nouveau coup dur pour LG. Alors que la firme lutte encore et toujours sur le marché des smartphones, prévoyant même, semble-t-il, d’importants changements stratégiques pour cette année, elle devra en plus puiser dans les comptes déjà mal en point de sa division mobile pour dédommager certains de ses clients américains. Le recours collectif déposé aux États-Unis pour l’affaire des « bootloops » – des redémarrages intempestifs – qui impliquent plusieurs de ses smartphones a finalement abouti. Et la justice a donc tranché en faveur des plaignants.

700 dollars en bon d’achat, ou 425 dollars en cash

Plus exactement, les possesseurs d’un LG V10, V20, G4 et G5, ainsi que ceux d’un Nexus 5X, ayant pris part à cette action en justice pourront prétendre à un dédommagement parmi deux au choix. Le premier prend la forme d’un bon d’achat d’une valeur de 700 dollars à utiliser pour l’acquisition d’un nouveau smartphone LG, mais il y a fort à parier que beaucoup opteront pour la seconde option par crainte de nouveaux problèmes. C’est une compensation financière à hauteur de 425 dollars, qui pourront donc être utilisés librement, et notamment pour l’achat d’un smartphone d’un autre fabricant.

LG G5

Nous insistons évidemment sur le fait que cette décision ne concerne que les utilisateurs américains à l’origine du recours collectif. Il ne faudra donc pas espérer pareil dédommagement par chez nous si votre smartphone LG souffre du même dysfonctionnement. D’ailleurs, aucune démarche de la sorte n’a été engagée en Europe. Il reste néanmoins intéressant de noter que rarement un fabricant de smartphones a été aussi lourdement sanctionné face à des consommateurs, bien qu’un autre exemple puisse prochainement se présenter.

Rappelons en effet qu’Apple fait actuellement l’objet d’une enquête préliminaire pour « obsolescence programmée » et « tromperie » en Europe.

Mathieu Freitas

Mathieu Freitas

Journaliste


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.