LaboFnac

Magic Leap lève un nouveau fonds de 461 millions de dollars

Le flou règne toujours autour des lunettes Magic Leap, mais le projet séduit toujours autant les investisseurs. La start-up annonce avoir levé 461 millions de dollars supplémentaires, notamment auprès du fonds souverain d'Arabie Saoudite.

Ses lunettes ne sont toujours pas disponibles, mais Magic Leap continue d’attirer les investisseurs. La start-up floridienne a annoncé avoir levé 461 millions de dollars de fonds supplémentaires, notamment auprès du fonds souverain de l’Arabie Saoudite. Ce dernier a contribué à hauteur de 400 millions, révèle le site TechCrunch. Cet investissement fait partie d’une levée de fonds de série D qui atteint les 963 millions dollars. En effet, Magic Leap avait déjà levé 502 millions de dollars en octobre dernier, avec l’entreprise singapourienne Temasek.

Magic Leap One, Lightwear™ 2

Magic Leap One, Lightwear™ 2 ©Magic Leap

À ce jour, Magic Leap a recueilli plus de 2,3 milliards de dollars pour développer ses lunettes de réalité augmentée. Ces dernières ont été dévoilées pour la première fois en décembre. Il y a quelques semaines, la mystérieuse start-up avait donné de nouvelles informations concernant son produit. Magic Leap entend commercialiser son premier modèle cette année et celui-ci coûtera le prix d’un ordinateur haut de gamme.

Pourquoi Magic Leap a-t-elle besoin d’autant d’argent ?

Comme l’expliquent nos confrères de TechCrunch, la start-up Magic Leap cherche à proposer un produit inédit. Son fondateur estime d’ailleurs qu’il ne s’agit pas de lunettes de réalité augmentée ou de réalité mixte, mais de « spatial computing ». La mise au point de nouvelles technologies et de capteurs spécifiques nécessite beaucoup de ressources. De plus, Magic Leap souhaite développer son propre système d’exploitation et cherche à séduire les développeurs.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.