LaboFnac

Microsoft : Windows Defender va s’attaquer aux scarewares

La suite de sécurité de Windows va s'attaquer aux scarewares. Ces logiciels malveillants affichent des messages alarmants pour tromper les utilisateurs et les inciter à payer pour un service.

Microsoft a décidé de renforcer son outil Windows Defender en lui permettant de détecter et supprimer les scarewares. Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais vous avez sans doute déjà rencontré ce type de logiciel malveillant qui prend le plus souvent la forme d’un utilitaire d’optimisation. Ces logiciels promettent d’entretenir, de nettoyer le registre ou d’optimiser un PC et tenteront de convaincre les utilisateurs avec des messages alarmants. Du problème de registre à l’ordinateur infecté en passant par un nombre incalculable d’erreurs, ils scanneront gratuitement l’ordinateur avant de pousser l’utilisateur à sortir sa carte bancaire pour faire « des miracles ».

Les résultats sont le plus souvent superflus et le recours à ce type d’utilitaire peut créer plus de problèmes qu’il n’en résout. Pour éviter que les utilisateurs ne se laissent avoir par ces logiciels indésirables, Microsoft a décidé de réagir. À partir du 1er mars prochain, Windows Defender et d’autres produits de sécurité de Microsoft seront capables de détecter ces logiciels et de les considérer comme des logiciels indésirables. L’utilisateur pourra alors les supprimer.

Microsoft Surface Laptop

Comment Microsoft détecte les scarewares ?

Sur son blog, Microsoft précise avoir modifié ses critères d’évaluation des programmes. Ainsi, les logiciels ne doivent pas « afficher de messages alarmants ou trompeurs pour pousser les utilisateurs à payer pour des services supplémentaires ou effectuer des actions superflues ». Les programmes qui répondent à l’une des caractéristiques suivantes seront pour leur part considérés comme malveillants ou indésirables :

  • Les logiciels qui signalent des erreurs de façon exagérée ou alarmante sur l’état du système et obligent l’utilisateur à payer pour corriger les erreurs ou effectuer d’autres actions telles que répondre à un sondage, télécharger un programme ou s’inscrire pour corriger les problèmes.
  • Les logiciels qui suggèrent qu’aucun autre moyen ne corrigera les erreurs ou les problèmes trouvés.
  • Les logiciels qui imposent un délai limité pour résoudre le problème.

Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.