LaboFnac

Montres connectées : Qualcomm met l’accent sur l’autonomie avec le Snapdragon Wear 3100

Qualcomm lève le voile sur le Snapdragon Wear 3100, un nouveau chipset pour montres connectées qui met l'accent sur l'autonomie. Il remplace le vieillissant Snapdragon Wear 2100.

Qualcomm vient de dévoiler le Snapdragon Wear 3100, son nouveau chipset dédié aux montres connectées. L’annonce était attendue depuis quelques semaines, le concepteur américain avait envoyé des invitations pour sa conférence début août. Ce dernier entend apporter un nouveau souffle aux smartwatchs sous Wear OS alors que le secteur est aujourd’hui dominé par Apple et ses « Watch ». Qualcomm avait déjà étoffé sa gamme avec le Snapdragon Wear 2500, un processeur plutôt pensé pour les montres pour enfants, et devait proposer un remplaçant au vieillissant Snapdragon Wear 2100.

Qualcomm Snapdragon Wear 3100

© Qualcomm

Annoncée en février 2016, la solution du spécialiste des semi-conducteurs n’a jamais vraiment convaincu. Le Wear 2100 était en retard technologiquement et Qualcomm a longtemps semblé abandonner ce secteur pour se concentrer sur ses SoC destinés aux smartphones. Une décision justifiée par la situation des deux marchés, mais qui pénalise la plupart des fabricants pour leurs montres Android Wear ou plutôt Wear OS. Résultat, les modèles de Samsung et Apple se distinguent grâce à l’utilisation d’une solution maison plus récente et performante, comme le relevait récemment Ars Technica.

Qualcomm espère revenir dans la course avec le Snapdagon Wear 3100, un chipset qui mise plus sur l’autonomie que sur les performances. Un choix pertinent dans la mesure où l’endurance reste le gros point faible des wearables et de nombreuses marques ne cherchent pas forcément à mettre en avant la puissance. Cette nouvelle puce intègre quatre coeurs Cortex-A7 toujours gravés en 28 nanomètres, un GPU Adreno 304 et un modem 4G. Sur le papier, le Wear 3100 et donc très proche des Wear 2100 et 2500, mais il entend se démarquer avec ses fonctions destinées à limiter la consommation.

Un coprocesseur et des profils pour gagner en autonomie

On retrouve un DSP et un coprocesseur QCC1100 pour permettre d’adopter une architecture « Big-Small-Tiny », les tâches vont ainsi séparer afin d’avoir un impact minimal sur l’autonomie. Les quatre cœurs (Big) vont gérer les tâches qualifiées de « lourdes », tandis que le « Small » s’occupera des différents capteurs. Le « Tiny » correspond au coprocesseur maison « à ultra basse-consommation », il sera notamment sollicité lorsque la montre est veille et intègre un moteur d’apprentissage profond (deep learning).

montblanc summit 2

© Montblanc

Le spécialiste des semi-conducteurs s’est également rapproché de Google pour proposer des profils sur Wear OS. L’objectif est de renforcer l’autonomie des montres en se reposant davantage sur ce coprocesseur. On retrouve un mode ambiant (Enhanced Ambient Mode) qui propose une trotteuse, jusqu’à 16 couleurs et une luminosité adaptative. Le mode traditionnel (Traditional Watch Mode) s’active lorsque le niveau de batterie tombe à 20 % et doit offrir jusqu’à une semaine d’autonomie. Enfin, le mode sport (Dedicated Sports Experiences) se concentre sur les fonctions liées à la pratique sportive. Qualcomm annonce jusqu’à 15 heures d’autonomie en activant ce profil sur une montre équipée d’une batterie de 450 mAh.

Le Wear 3100 promet 4 à 12 heures d’autonomie en plus par rapport au Snapdragon Wear 2100. La Montblanc Summit 2 sera la première montre à embarquer le Wear 3100. Qualcomm annonce que les marques Fossil (dont de nouveaux modèles viennent d’ailleurs d’être officialisés) et Louis Vuitton lanceront bientôt des montres équipés de son nouveau SoC.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.