LaboFnac

Moteur de recherche sur Android : Qwant dénonce la décision de Google

Qwant n'a pas tardé à réagir à l'annonce Google concernant la mise aux enchères du choix du moteur de recherche sur Android. Le moteur de recherche français dénonce la communication du géant américain.

À partir de janvier, Google va permettre à ses concurrents de devenir le moteur de recherche par défaut sur les appareils Android vendus en Europe. Le géant américain va pour cela mettre en place un système d’enchères qui ne convainc pas Qwant. Dans un communiqué, le moteur de recherche français « dénonce la communication de Google qui vise à mettre aux enchères le libre choix des consommateurs européens d’utiliser un autre moteur de recherche que Google Search ».

qwant

© Qwant

Qwant rappelle que le géant de Mountain View a été condamné par Bruxelles à verser 4,34 milliards d’euros d’amende pour avoir abusé de sa position dominante sur le système Android, en « imposant Google Search comme moteur de recherche par défaut à la quasi-totalité des constructeurs de téléphones mobiles et de leurs clients ». Le moteur de cherche estime qu’il « ne revient pas » à la firme californienne de « faire désormais payer à ses concurrents son comportement fautif et le montant de cette amende par un système d’enchères qui ne profitera ni aux consommateurs européens ni à la libre concurrence, qui ne peut être que faussée par un tel procédé ».

L’ambitieux moteur qui mise sur le respect vie privée ajoute que le processus d’enchères envisagé serait ouvert à de prétendus moteurs de recherche qui tirent leurs résultats et leurs revenus de Google. Selon Qwant, cela « créera de facto une distorsion inacceptable et un risque élevé de manipulation, d’iniquité ou de déloyauté des enchères ». Face à la situation, Qwant appelle « les institutions et parties prenantes européennes à se saisir au plus vite de ce cas afin de faire respecter pleinement la décision de la Commission du 18 juillet 2018 ».

D’autres moteurs de recherche se veulent plus prudents

Cité par Reuters, le moteur de recherche tchèque Seznam a réagi prudemment à la décision de Google. Contrairement à son homologue français, le service tchèque estime qu’« il est difficile de se prononcer sur la base d’une capture d’écran et de quelques phrases ». Michal Feix, ancien directeur général de Seznam et aujourd’hui conseiller du groupe, ajoute : « Google n’a présenté ni à Seznam, ni aux autres je pense, sa proposition. Nous devons donc attendre pour tous les détails importants ».


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.