LaboFnac

Dragon Ball FighterZ : nos impressions sur sa bêta

Parfois dépités, parfois récompensés comme il se doit, les fans de l’univers Dragon Ball se sont toujours retrouvés avec une tripotée d’adaptations ludiques sur un nombre varié de consoles. Ce qui a pu être le cas ces derniers temps de Dragon Ball Xenoverse, avec une suite à suivre très prochainement ; ou encore de Dragon Ball Fusion paru sur 3DS en février 2017. Des jeux de rôles, voire des jeux de combat qui tiennent parfois leur rang, comme ils peuvent décevoir. De quoi aborder chaque nouvelle itération avec une bonne dose de circonspection.

Pas besoin d’être méfiant avec le prochain Dragon Ball FighterZ, annoncé par Bandai Namco au dernier E3, et qui se manifeste un peu plus chaque jour par le biais de nouveaux trailers qui ont de quoi mettre l’eau à la bouche. C’est que l’éditeur nippon a mandaté les petites mains bien connues de chez Arc System Works (Guilty Gear) pour ce nouveau jeu de baston 2D basé sur l’univers de Monsieur Toriyama. Sur le papier, c’est alléchant, mais qu’est-ce que ça donne manette en mains ? Verdict en quelques lignes, après avoir pu s’écharper contre des joueurs à l’occasion du dernier week-end de bêta test.

dragon ball fighter Z

Même si tous les personnages du casting final ne sont a priori pas tous annoncés pour le moment, on aura eu le choix entre un panel de petites têtes blondes un peu plus costaud que durant les premiers matchs d’exhibitions de l’E3, de l’EVO ou de la Gamescom. Au programme des festivités : Goku, Gohan, Vegeta, Trunks du futur, Piccolo, Krilin, Freezer, Cell, Majin Buu, C-16 et C-18 (accompagnée de C-17 sur certaines phases). D’autres personnages ont entre-temps été présentés, on parle par exemple de Yamcha et Tenshinhan… Des énergumènes qui n’ont plus aucun secret pour les amateurs du manga, et qui s’intègrent d’une bien belle manière dans le titre.

Les voix originales, les bruitages, les capacités… l’enrobage est déjà là pour mettre le joueur-fan bien à l’aise dans son petit univers chéri. Mais les développeurs d’Arc System Works ont véritablement léché le rendu visuel en cel-shading, les animations – quoiqu’un peu hachées parfois – mais aussi les coups spéciaux de chacun des comparses, tant et si bien que la moindre manipulation qui occasionne un bon vieux Kamehameha s’avère particulièrement gratifiante. D’autant plus que l’on se retrouve témoin de destructions de décors en veux-tu, en voilà, quitte à voir la planète Terre exploser trois fois durant le combat. Chose tout à fait normale, on en conviendra.

Tiens, un bourre-pif

Un résultat qui ne sera pas réservé aux joueurs les plus talentueux, car Dragon Ball FighterZ s’avère plutôt simple à prendre en mains. Un peu d’auto-combo, des inputs pas bien compliqués pour déclencher les Supers-coups, d’autant que la ressource à dépenser pour les effectuer se génère assez rapidement : voilà qui devrait satisfaire le néophyte. Le joueur plus confirmé devrait cependant y trouver son compte. Si les coups sont accessibles, il y a largement la place à l’optimisation dans les combats, avec les subtilités chères aux fadas de baston.

dragon ball fighter Z 1

Tout d’abord, ce Dragon Ball met l’emphase sur des rencontres d’équipes de trois personnages. Chacun (des personnages qui seront jouables) a évidemment des propriétés différentes, ce qui donne des petites nuances dans la composition des équipes, afin trouver la meilleure synergie : le premier personnage sélectionné sera le premier à foncer dans l’arène, alors que les deux autres pourront l’assister ponctuellement par quelques simples manipulations. De quoi protéger son combattant lors d’une action un peu trop osée qui le mettrait en péril, ou d’occasionner plus de dommages via ces interventions extérieures et ainsi maximiser un combo. Jusqu’à éventuellement coordonner trois Supers en même temps pour littéralement appeler la Fin du Monde. Jouissif.

« Kamehameha »

De cette coordination provient forcément une maîtrise plus poussée des mécaniques de jeu. Quel coup fait quoi, est-ce qu’il met trop à découvert provoquant ainsi d’éventuelles punitions ? Comment ouvrir une garde avec un cross-up ou utiliser les attributs des supports pour initier un combo que l’on souhaite interminable – le jeu est à ce titre assez similaire à un Marvel vs. Capcom 3 avec des enchaînements parfois longs et qui peuvent donner dans le ballet aérien. Enfin, l’un des faits de jeu qui apporte un dynamisme indéniable est la propension et la facilité de chaque personnage à dasher au contact de son vis-à-vis, pour le chasser, le punir dans certaines occasions, ou provoquer des erreurs.

dragon ball fighter Z 2

S’il reste probablement une multitude de choses à découvrir en amont de la sortie de Dragon Ball Fighter Z, une chose est certaine : le titre répond pour une large partie à ce que les fans de la franchise pouvaient attendre d’un jeu de baston. Rythmé et propre à souhait à l’occasion de ce week-end d’essai, on voit mal comment il pourrait en être autrement à sa sortie, prévue au mois de février 2018, sur PC, PlayStation 4 et Xbox One.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.