LaboFnac

Obsolescence programmée : Apple et Samsung condamnés en Italie pour des smartphones ralentis

Apple et Samsung viennent d'être condamnés à verser plusieurs millions d'euros chacun par l’autorité italienne de la concurrence. À l'issue de son enquête, elle a estimé que les deux géants ont mis en place des pratiques commerciales jugées "déloyales".

L’autorité italienne de la concurrence a annoncé mercredi avoir infligé à Apple et Samsung une amende de plusieurs millions d’euros chacun pour pratiques commerciales déloyales, contraires au Code de la consommation. Si elle se garde d’évoquer l’obsolescence programmée, c’est bien de cette pratique dont il est question ici. Après une enquête qui a duré plusieurs mois, l’AGCM (Autorità garante della concorrenza e del mercato) a conclu que des mises à jour logicielles diffusées par les deux géants du smartphone « ont provoqué de graves dysfonctionnements et réduit de manière significative les prestations, accélérant de cette manière la substitution de ces derniers ». Pour l’antitrust italien, les « sociétés du groupe Apple et du groupe Samsung ont mis en œuvre des pratiques commerciales malhonnêtes ».

iPhone Xs Max vs Samsung Galaxy Note 9

Les deux géants du smartphone ont été condamnés en Italie © Fahim Alloul / LaboFnac

La firme Cupertino devra s’acquitter d’une amende de 10 millions d’euros tandis que le géant sud-coréen s’est vu infliger une amende de 5 millions d’euros. L’amende est plus importante pour le groupe à la pomme, car ce dernier a été reconnu coupable de ne pas avoir suffisamment informé les utilisateurs sur la manière de préserver ou de remplacer la batterie de leurs appareils, note Reuters. Cette sanction intervient dans le cadre de l’enquête pour obsolescence programmée de l’autorité garante de la concurrence en Italie. Les deux groupes étaient alors soupçonnés d’avoir mis en place « une politique commerciale générale visant à exploiter les carences de certains composants pour réduire dans le temps les prestations de leurs produits afin d’inciter les consommateurs à acheter de nouvelles versions ».

Concernant Samsung, l’enquête a démontré que le groupe sud-coréen avait incité les propriétaires du Galaxy Note 4 à installer un nouveau firmware basé sur la nouvelle version d’Android Marshmallow et conçu pour le Galaxy Note 7. Inadaptée, cette mise à jour prévue pour un modèle plus performant (mais retiré de la vente) a entraîné une baisse de performances significatives sur le Galaxy Note 4 et provoqué divers problèmes. De plus, l’AGCM accuse Samsung de ne pas avoir informé les propriétaires de ces éventuels dysfonctionnements. Même constat chez Apple à qui l’AGCM reproche d’avoir poussé les utilisateurs d’iPhone 6 (6/6Plus et 6s/6sPlus) à installer la version iOS 10, initialement prévue et optimisée pour l’iPhone 7. Elle indique que Cupertino n’a pas informé les propriétaires de ces iPhone des besoins énergétiques accrus du nouveau système d’exploitation et des éventuels inconvénients – notamment des arrêts soudains – que cela pourrait entraîner. Face au problème, l’autorité italienne rappelle qu’Apple a publié, en février 2017, une nouvelle mise à jour (iOS 10.2.1), sans toutefois avertir les utilisateurs que son installation pourrait entraîner une baisse des performances et la perte de fonctionnalités.

Les reproches de l’antitrust italien font référence à l’affaire des batteries usagées et des baisses de performances des iPhone. Cette dernière avait bousculé la fin d’année 2017 du géant américain qui avait reconnu lisser les performances de certains iPhone avant de publier une lettre d’explication sur son site et d’annoncer la mise en place d’un programme de remplacement de la batterie. Pour l’AGCM, la firme californienne a réagi tardivement et n’avait, jusqu’à la mise en place de ce programme, pas été en mesure de fournir une assistance adaptée. Suite aux différentes annonces d’Apple, nous vous avions expliqué en janvier comment demander le changement de sa batterie. Par ailleurs, cette affaire n’avait pas seulement alerté les autorités en Italie.

En France, l’association Hop avait rapidement porté plainte contre Apple et une enquête avait été ouverte par le parquet de Paris pour « tromperie » et « obsolescence programmée ». En attendant les conclusions de l’enquête, l’autorité de la concurrence italienne est la première à condamner Apple et Samsung pour leurs pratiques en matière d’obsolescence programmée.

Samsung va faire appel, Apple a lancé iOS 12

Le groupe sud-coréen n’a pas tardé à réagir en annonçant dans un communiqué, que s’est procuré le site italien La Stampa, sa décision de faire appel : « Pour Samsung, la satisfaction du client est un objectif primordial, étroitement lié à son activité. Samsung ne partage pas la décision prise par l’AGCM, car la société n’a jamais publié de mises à jour logicielles dans le but de réduire les performances du Galaxy Note 4. Au contraire, Samsung a toujours publié des mises à jour logicielles qui permettent à ses utilisateurs d’avoir la meilleure expérience possible. La société est donc contrainte de faire appel de la décision prise par l’Autorité ». Apple n’a de son côté pas souhaité réagir, mais le géant américain pourra toujours mettre en avant les performances de son système iOS 12 qui semble redonner une jeunesse à ses anciens iPhone.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.