LaboFnac

VR : l’écran du futur selon Oculus traquera nausées et maux de tête

Oculus travaille sur un nouveau type d'écrans dédié aux casques de réalité virtuelle. Son but : permettre à l'œil de faire la mise au point sur ce qu'il regarde de manière naturelle.

Ceux qui ont déjà testé des casques de réalité virtuelle le savent : au bout de quelques minutes, parfois moins pour les plus sensibles, il n’est pas rare de ressentir des effets de nausée et de maux de tête peu agréables, que les dernières générations de casques ont toutefois limités. Le laboratoire de recherche d’Oculus s’est attelé à ce problème et présentera les résultats de ses travaux à l’occasion de la conférence SIGGRAPH de Los Angeles, organisée du 30 juillet au 3 août prochains.

Oculus Focal surface display

En attendant ses démonstrations en direct, Oculus détaille ses recherches dans ce compte-rendu, qu’il résume dans la vidéo ci-dessous. Bien qu’il reste encore loin d’une disponibilité commerciale, son dernier écran, baptisé « focal surface display », vise à régler l’une des causes des fameuses nausées : l’impossibilité d’accommodation à laquelle l’œil est confronté lorsqu’il est face à un casque de réalité virtuelle, où les images du premier ou de l’arrière-plan resteront floues si elles ont été tournées ainsi.

Le but des chercheurs d’Oculus est donc non pas de simuler une 3D avec deux plans différents, les zones intermédiaires restant floues, ni de s’appuyer sur des hologrammes qu’ils ne peuvent encore maîtriser, mais de décomposer les informations de l’image grâce à des capteurs de profondeur. Leur focal surface display est ainsi capable, assure Oculus, de « simuler la manière dont nos yeux font naturellement la mise au point sur des objets situés à différents niveaux de profondeur. Plutôt que d’essayer d’ajouter de plus en plus de zones de mise au point pour obtenir le même degré de profondeur, cette nouvelle approche change la manière dont la lumière entre dans l’écran en utilisant des modulateurs spatiaux de lumière pour courber la mise au point du casque autour d’objets en 3D » – accroissant la profondeur et optimisant les espaces représentés simultanément ». Plus de naturel dans la représentation, donc, mais aussi dans la perception des images qui pourraient, on l’imagine à long terme, transformer en profondeur l’expérience de la réalité virtuelle.

Laure Renouard

Laure Renouard

Journaliste - Fonctionne aussi hors connexion


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.