LaboFnac

On a pu approcher Pokémon: Let’s Go! et la Pokéball Plus

Annoncé à la fin du mois de mai dernier, Pokémon: Let’s Go! s’est assez rapidement montré dans une version jouable durant l’E3 organisé début juin. Comme d’habitude, après l’événement californien, Nintendo a organisé des sessions de rattrapage à Paris. L'occasion pour nous d'essayer le prochain volet de la mythique franchise, avec la Pokéball Plus en prime.

Avant toute chose, si Pokémon: Let’s Go! ne vous dit pas grand-chose, nous vous invitons à consulter notre article dédié au titre ainsi que’à la stratégie de Nintendo. Notez également, si vous avez suivi l’E3, que la démo que nous avons pu prendre en main correspond peu ou prou à la build présentée durant le Treehouse Nintendo organisé le 14 juin dernier.

Pokémon Let's Go! 1

© Nintendo

Visuellement propre

Nous nous sommes ainsi retrouvés propulsés dans la Forêt de Jade, l’une des toutes premières zones de jeu au début des Pokémon Rouge, Bleu ou Jaune. Cette zone était propice aux rencontres avec des monstres principalement de types “plante” ou “poison”, parmi d’autres. Elle était également peuplée de nombreux dresseurs qui barraient le chemin du joueur. Vingt ans plus tard, la formule n’a pas ou peu changé. Pokémon: Let’s Go! est bel et bien une transposition de Pokémon Jaune. Le jeu contient la même carte, et la disposition des villes comme le cheminement sont identiques. Si l’on en croit les informations que nous avons pu glaner durant l’événement, l’emplacement de certains dresseurs sera tout de même légèrement différent.

L’une des nouveautés les plus importantes de Pokémon: Let’s Go! vient de son parti-pris graphique basé sur l’usage de la 3D. Le rendu visuel est très propre, tout en restant fidèle à ce que l’on peut espérer de la franchise Pokémon. Le constat est similaire du côté de la bande-son, aux inspirations flagrantes, mais qui n’oublie pas de se réinventer pour l’occasion. Et Pokéball Plus oblige, la façon de jouer tranche de l’expérience que peut fournir une manette classique.

Pokémon: Let's Go! 3

Ball qui roule n’amasse pas mousse

L’annulaire passé dans un anneau pour assurer le bon maintien de l’accessoire, qui est également pourvu d’une dragonne, nous voici en possession d’une véritable Pokéball qui servira à réaliser toutes les actions en jeu. Son bouton central fait office de joystick, mais il est aussi cliquable pour valider les différentes interactions. Un bouton sur la face supérieure (la rouge) est également de la partie, mais nous n’avons toutefois pas pu l’essayer. Pour le reste, la petite balle embarque un système de détection de mouvement, mais aussi le HD Rumble (le moteur de vibrations des Joy-Con) dans une version améliorée. La PokéBall vibre donc lorsque l’on capture des monstres de poche.

Pour ceux qui sommeillent encore au fond de la salle, le système de capture est lui calqué sur Pokémon Go, et il n’est pas question de combattre les Pokémon sauvages présents sur l’écran. Il faut simplement mimer le geste du lancer de Pokéball en direction de l’ennemi, de préférence en choisissant son moment (quand le cercle se rétrécit sur le Pokémon, les chances de l’attraper augmentent). Pour amadouer le Pokémon, il est possible de lui lancer des baies, comme dans Pokémon Go. Une fois la besogne achevée, toute notre équipe de monstres reçoit de l’expérience. Cette dernière est indexée sur la qualité du lancer, mais aussi la taille du monstre attrapé. Le son du Pokémon capturé résonnera également dans la Pokéball Plus histoire de renforcer l’immersion.

Plus question désormais de se casser la tête à subir des rencontres aléatoires dans les hautes herbes. Tous les ennemis potentiels apparaîtront en effet sur l’écran. Ils pourront être statiques ou essaieront de nous chercher des noises en nous poursuivant. Un indice visuel vient d’ailleurs souligner l’envergure du Pokémon : une aura bleue signale un monstre de petite taille. Elle est rouge pour un Pokémon de grande taille et multicolore pour un Pokémon shiny (de couleur alternative), ce qui permet de cibler le combat que l’on doit privilégier. La formule des combats reste quant à elle inchangée. Il faut donc disposer notre équipe de six Pokémon en tenant compte de leurs forces et faiblesses pour mieux terrasser le dresseur adverse. Rien de bien compliqué en somme.

Pokémon Let's Go! Pokéball Plus

© Nintendo

Et la difficulté dans tout ça ?

On rappellera en vrac quelques-uns des éléments importants qu’il est bon d’avoir en tête, à savoir qu’il sera possible de transférer les Pokémon de la version Go sur mobiles, à la version Let’s Go! sur la Switch. On pourra jouer en coopération locale avec une autre personne, mais aussi échanger des Pokémon ou mener des combats en ligne (moyennant un abonnement au service online Nintendo). La Pokéball Plus, vendue séparément, offrira la possibilité de se balader avec un Pokémon en dehors du jeu. À la manière de Pokémon Go, marcher avec lui fera grimper son expérience, et il émettra quelques petits sons dès que l’on s’occupera de lui. Les quelques minutes passées en la compagnie de l’accessoire se sont révélées tout à fait agréables, même s’il semble évident qu’il est prioritairement destiné aux inconditionnels de la franchise.

La seule véritable inconnue qui subsiste à l’issue de cette démo reste relative à la difficulté de cet opus. Ne risque-t-il pas d’être trop simple ? Une question à laquelle il reste difficile de répondre dans la mesure où nous n’avons été confrontés qu’à l’une des toutes premières zones du jeu. Il faudra donc patienter davantage avant de pouvoir donner une réponse définitive. Pokémon: Let’s Go!, ainsi que la Pokéball Plus, sont attendus le 16 novembre prochain sur Nintendo Switch.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.