LaboFnac

On a pu jouer à Dragon Ball FighterZ sur Nintendo Switch

Annoncé durant le Nintendo Direct de l'E3 2018, la déclinaison Switch de Dragon Ball FighterZ s'est laissé approcher dans le cadre d'un événement regroupant tous les titres jouables à l'occasion du salon californien. Nous avons pu le prendre en main l'espace de quelques parties. Voici ce qu'il faut en retenir.

Très attendu sur le support de Nintendo, la Switch, Dragon Ball FighterZ a été trahi en amont de l’E3 par des fuites qui indiquaient son développement pour la console hybride. Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps pour une confirmation officielle, car le Nintendo Direct a levé le voile sur le portage du titre à une date alors inconnue. Évidemment jouable sur le show floor de l’E3, il l’a également été dans le cadre d’un événement organisé par Nintendo sur Paris. Il nous a permis de prendre en main les nouveautés du constructeur.

Dragon Ball FighterZ

© Bandai Namco / Nintendo

Dragon Ball FighterZ est loin d’être un inconnu des joueurs, puisqu’il est disponible depuis janvier sur les consoles de salon et est passé entre nos mains dès le début de l’année. Il est donc bon de noter qu’aucun changement mécanique n’est à l’ordre du jour dans cette version Switch.

Pour cet événement, nous sommes remontés sur le ring quelques parties durant, accompagnés d’un casting de personnages en tous points similaires aux moutures PC, PlayStation 4 et Xbox One. Les personnages sortis en DLC n’étaient pas présents, et nous n’avons pas plus d’informations sur leur éventuelle inclusion d’office dans la mouture Switch, ni sur un éventuel passage à la caisse en supplément comme sur les autres supports. Dans la mesure où ce portage est désormais attendu le 28 septembre prochain, soit seulement 9 mois après sa sortie originelle, la dernière option semble cependant être la plus probable.

Quelques petites baisses de framerate

Nous avons eu accès au jeu avec la console dockée, donc sur téléviseur, avec une manette Switch Pro. Le rendu graphique s’est montré parfaitement conforme aux autres moutures parues jusqu’à présent, et nous avons seulement noté de rares et faibles chutes de framerate. Ces dernières se sont montrées rares et n’ont pas gêné l’action outre mesure. Compte tenu des mois qui restent avant la sortie définitive de ce portage, on peut néanmoins imaginer que les développeurs auront le temps d’optimiser le titre. Il faut noter que situations dans lesquelles ces chutes de fps sont survenues à l’activation des capacités ultimes de personnages, mais plutôt au cours de phases de jeu ordinaires. On peut donc espérer que cela sera rapidement réglé.

Mécaniquement parlant, nous avons retrouvé la mécanique d’auto-combos, permettant aux moins entraînés de réaliser des enchaînements simples, que la profondeur naturelle du jeu permettra d’optimiser. Le changement entre les différents personnages de l’équipe était naturellement au rendez-vous, de même que la possibilité de les appeler à la rescousse pour déverrouiller une garde chez l’ennemi ou nous empêcher de subir une punition en cas de coup pas très bien timé. Comme pour les autres versions du titre, quelques raccourcis seront utilisables sur la manette afin d’appeler les coups ultimes et se remplir les mirettes d’explosions diverses et variées. Le tout reste en définitive aussi efficace sur Switch qu’il ne l’est sur les trois autres supports.

La grosse interrogation qui subsiste néanmoins de notre côté, mais aussi du côté de tous les joueurs attendant le jeu en mode nomade, c’est le comportement de Dragon Ball FighterZ sur la partie tablette de la Switch. À l’heure actuelle, il n’est pas possible d’y répondre faute d’avoir vu le jeu tourner dans ces conditions (même si une première vidéo publiée par GameSport en donne un aperçu). Gageons que Bandai Namco et Nintendo communiqueront sur le sujet un peu plus tard. Dans le pire des cas, c’est un élément sur lequel nous reviendrons à la sortie du jeu, le 28 septembre prochain. Les joueurs qui sont déjà persuadés de passer par la case précommande bénéficieront quant à eux d’un accès à Goku SSGSS et Vegeta SSGSS, ainsi qu’une copie du jeu Dragon Ball Z: Super Butôden (en version japonaise) en prime.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.